23 septembre 2021
spot_img

Burkina Faso : Des manœuvres suspectes pour le contrôle de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)

Le Président Sortant Newton Ahmed Barry sera-t-il sacrifié sur l’autel des intérêts partisans?

La bataille fait rage actuellement autour de l’élection du nouveau président de la Commission nationale électorale indépendante (CENI). La course pour le poste tant convoité de président de la CENI trahit malheureusement une bataille pour le contrôle de l’Institution.

La première victime de cette bataille risque d’être le président sortant, Newton Ahmed Barry dont le poste suscite tant de convoitises chez certains partis, notamment le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) suspecté de vouloir propulser à la tête de la commission électorale un de ses militants sous le couvert de la chefferie coutumière. D’abord, certains activistes ont tenté de discréditer Newton Ahmed en faisant fuiter une lettre du Ministre de l’économie, des finances et du développement qui refusait l’autorisation de régulariser certaines dépenses opérées dans l’urgence avant un audit préalable.

L’intention de nuire était d’autant manifeste que ces activistes ont omis de publier la seconde lettre du même ministre qui, après l’audit, a autorisé la régularisation demandée. Dès lors, le président de la CENI savait que cette cabale montée à dessein ne visait ni plus ni moins qu’à ternir son image pour le dépouiller par la suite de son poste.

Ensuite, le bénéficiaire de son éviction serait le Chef de Sao, représentant de la Chefferie coutumière à la CENI. En effet, selon une règle non écrite, le poste de président est tournant entre les représentants de la société civile au sein de la CENI. Après donc la communauté protestante avec feu Moussa Michel Tapsoba, celles catholique et musulmane avec respectivement Barthélémy Kéré et Newton Ahmed Barry, c’est au tour de la chefferie coutumière de diriger la CENI. Il se trouve que le représentant désigné par la chefferie coutumière est un militant reconnu du parti au pouvoir dans la province du Kourouwéogo.

Il suffit d’une recherche rapide sur internet pour se rendre compte que le Chef de Sao, ancien député du CDP a effectivement migré au MPP où il a joué un rôle très actif lors de la dernière campagne présidentielle et législative de 2020. L’opposition politique le récuse d’ailleurs, car estimant, à juste titre, que l’on ne peut pas confier la responsabilité de la présidence de la CENI à une personnalité reconnue pour son militantisme partisan.

Le MPP est suspecté de vouloir contrôler la CENI par l’intermédiaire du représentant de la chefferie coutumière

Enfin, sans que l’on ne sache pourquoi, le ministre de l’administration territoriale, Clément Sawadogo semble engagé dans une course contre la montre pour l’élection du Président de la CENI. A peine le décret portant nomination des membres de la CENI est adopté en conseil des ministre le mercredi 7 juillet, que le ministre Clément Sawadogo, écrit aux commissaires désignés pour les convoquer à une session consacrée à l’élection du bureau le lundi 12 juillet dans l’après-midi. A la dernière minute cette élection a été reportée au Jeudi 15 juillet.

Autant dire que cette équipe de la CENI démarre mal son mandat. La suite des événements nous situerons.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires