6 mars 2021

Burkina Faso : Enfin une stratégie nationale de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes

Articles Connexes

Attaques terroristes : SOS TERRORISME appelle à l’union sacrée dans la lutte contre le fléau

Terrorisme au Burkina : SOS TERRORISME appelle à l’union sacrée

Burkina Faso : Ce qu’il faut au stade du 4-août pour être aux normes

La Confédération Africaine de Football (CAF) a suspendu le stade du 4-août de Ouagadougou car il répondait plus aux normes internationales. Voici de façon succincte les critères qu’il faut remplir pour le joyau du sport burkinabè puisse accueillir de nouveau, les compétitions internationales.

Passation de charges au CFOP : Eddie salue Zeph et se planche sur la réconciliation

Passation de charges au CFOP : Eddie salue Zeph et se planche sur la réconciliation

Burkina Faso : « Zéphirin Diabré a fait un mandat d’exclusion et d’inaction», Pr Abdoulaye Soma

Burkina Faso : « Zéphirin Diabré a fait un mandat d’exclusion », selon le Pr Abdoulaye Soma, président du Mouvement Soleil d’Avenir (SA)

Arrestation de Reckya Madougou Bénin : Les explications du procureur

Arrestation de Reckya Madougou Bénin : Les explications du procureur au cours d'une conférence de presse animée le 4 mars 2021.

Le document a été validé les 15 et 16 décembre 2020 à Ouagadougou. Les jeunes, les autorités et les experts en jeunesse et entrepreneuriat ainsi que les partenaires techniques et financiers ont donné leur quitus pour que le document faisant office de stratégie nationale de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes soit transmis au gouvernement. L’élaboration du référentiel a été financé par le Centre pour le dialogue humanitaire avec l’appui de l’Union européenne dans le cadre du projet « la voix des jeunes du Sahel ».

Enfin ! Le Burkina Faso est sur le point de se doter d’une stratégie nationale de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes (SNPEJ). Le ministère de la jeunesse, en charge de l’entrepreneuriat des jeunes, principal bénéficiaire, a organisé l’atelier de validation technique de la stratégie en partenariat avec le Centre pour le dialogue humanitaire et le projet « la voix des jeunes du Sahel phase-II.

Depuis trois ans, l’idée a connu du chemin. Une enquête réalisée sur le territoire national auprès de 2.775 jeunes de 15 à 35 ans, 145 structures publiques et privées, 34 associations, ONG et coopératives ayant pour cible la jeunesse dans leurs activités ont été questionnées. Cette méthode d’enquête mobile a permis de disposer des premières données qui ont abouti à l’élaboration du rapport de cadrage, celui stratégique avant l’atelier d’identification. Ces différentes étapes, selon le consultant Dr Ousmane Bougouma visait à être le plus proche possible de la réalité des jeunes.

Des journalistes et des jeunes lors de la présentation des conclusions par le Consultant ©L’InfoH24

Pour Ali Tonané, directeur général de la promotion de l’entrepreneuriat et de l’autonomisation des jeunes du ministère en charge de la jeunesse, le gouvernement du Burkina Faso s’adapte ainsi aux changements institutionnels intervenus il y a quelques temps. L’objectif étant de promouvoir véritablement l’entrepreneuriat en milieu jeune. Il a par ailleurs salué les efforts consentis par les partenaires stratégiques et financiers ainsi que la qualité du document.

“Réduira de 6,6% à 3% le taux de chômage en milieu jeune ainsi que le taux de mortalité de leurs entreprises”

Pour le consultant, Dr Ousmane Bougouma, en présentant les résultats, le constat a été établi que les jeunes créent leurs entreprises par imitation, qu’ils manquent de culture entrepreneuriale et ne maitrisent pas les enjeux en créant leurs entreprises, etc. En somme, ils se jettent à l’eau sans des préalables, d’où le taux élevé de mortalité de leurs entreprises. De 2021 à 2025, la stratégie devrait permettre de réorienter les actions en faveur des jeunes. Ainsi, elle permettra une meilleure inclusion financière des jeunes, réduira de 6,6% à 3% le taux de chômage en milieu jeune ainsi que le taux de mortalité de leurs entreprises. Pour y arriver, les jeunes seront accompagnés dans la création et la gestion de leurs entreprises, un fonds sera créé pour suppléer l’absence de garanties des jeunes qui souhaitent contractualiser avec les institutions bancaires, etc.

Evariste Metuolé-Dabiré, Représentant du Centre pour le Dialogue Humanitaire ©L’InfoH24

D’un coût financier estimé à 5.695.000.000 FCFA, avec 55% de financement par le budget de l’Etat, assurance a été donnée que les partenaires techniques et financiers (PTF) seront de la partie. Evariste Metuolé-Dabiré, représentant du Centre pour le Dialogue humanitaire a, au nom des PTF, assuré que la stratégie une fois adoptée par le conseil des ministres, sera accompagnée par les différentes structures qui œuvrent aux côtés du ministère et du projet « la voix des jeunes du Sahel ».

- Advertisement -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

A la Une

Attaques terroristes : SOS TERRORISME appelle à l’union sacrée dans la lutte contre le fléau

Terrorisme au Burkina : SOS TERRORISME appelle à l’union sacrée

Burkina Faso : Ce qu’il faut au stade du 4-août pour être aux normes

La Confédération Africaine de Football (CAF) a suspendu le stade du 4-août de Ouagadougou car il répondait plus aux normes internationales. Voici de façon succincte les critères qu’il faut remplir pour le joyau du sport burkinabè puisse accueillir de nouveau, les compétitions internationales.

Passation de charges au CFOP : Eddie salue Zeph et se planche sur la réconciliation

Passation de charges au CFOP : Eddie salue Zeph et se planche sur la réconciliation

Burkina Faso : « Zéphirin Diabré a fait un mandat d’exclusion et d’inaction», Pr Abdoulaye Soma

Burkina Faso : « Zéphirin Diabré a fait un mandat d’exclusion », selon le Pr Abdoulaye Soma, président du Mouvement Soleil d’Avenir (SA)
- Advertisement -

Plus d'articles

- Advertisement -
error: Le contenu est protégé !!