23 septembre 2021
spot_img

Burkina Faso : Le CFOP exige la démission du Premier ministre

Le ton est monté ce 25 juin 2021, au siège du CFOP à Ouagadougou . Les partis membres du cadre de concertation de l’opposition politique burkinabè réunis autour de leur Chef de file, étaient en conférence de presse. Ils exigent la démission du premier ministre et du ministre de la défense. Ils ont également annoncé la suspension de leur participation au dialogue politique et une série de manifestations les 3 et 4 juillet prochain, dans les 45 provinces du pays.

Pour Eddie Komboïgo « Nous avons perdu plus du tiers de notre territoire», avant d’ajouter « On ne peut pas s’amuser avec la vie de la population. Jamais nous n’avons vu ce que nous vivons aujourd’hui depuis les indépendances. La priorité des priorités des Burkinabè aujourd’hui, c’est la sécurité… Or, le gouvernement a fait preuve d’incapacité de le faire (…) Nous avons perdu plus du tiers de notre territoire». Nos vaillants combattants sont en prison au lieu de les laisser aller combattre pour que la paix revienne au Burkina Faso », a déploré Eddie Komboïgo, Chef de file de l’opposition politique burkinabè en conférence de presse ce vendredi 25 juin 2021 à Ouagadougou.

Le CFOP réclame le départ du Premier ministre Christophe Marie-Joseph Dabiré et du ministre de la défense, Moumina Shérif Sy

L’opposition politique persiste et signe toujours pour la démission du Premier ministre Christophe Marie-Joseph Dabiré et du ministre de la défense, Moumina Shérif Sy.

face aux ttaques terroristes : « La mort est devenue un fait banal au Burkina Faso », déplore Eddie Komboïgo. « Il faut que l’on soit des patriotes. Quand on n’est pas capable de gérer une situation, il faut jeter l’éponge. Ils ne l’ont pas fait et nous leur demandons », a lancé Eddie Komboïgo à l’endroit du Premier Ministre et du ministre de la défense, auxquels il demande la démission depuis quelques semaines.

Eddie Komboigo estime que la gestion de la chose publique pose problème

« La mort est devenue un fait banal au Burkina Faso (…) On entend qu’on a tué, ça n’empêche pas les membres du gouvernement de boire leur bière », a-t-il encore fustigé pour conclure son intervention.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires