13 juillet 2024
spot_img

Burkina Faso : L’opposition attend des résultats rapides du nouveau gouvernement

Lundi 13 décembre 2021, le Premier ministre Lassina Zerbo a dévoilé son nouveau gouvernement, composé de 25 ministres contre 34 précédemment. Des postes clés comme ceux de la Réconciliation nationale, de la Défense et de la Sécurité restent inchangés. Eddie Komboïgo, chef de file de l’opposition, comprend ces choix. Mais il appelle à des « résultats probants dans les plus brefs délais ».

Le Premier ministre burkinabè Lassina Zerbo a respecté la consigne du président Roch Marc Christian Kaboré. Dans la soirée du lundi 13 décembre, il a présenté un gouvernement resserré. Et sans surprise, il a maintenu à leurs postes trois ministres de premier plan Zéphirin Diabré à la Réconciliation nationale, Barthélémy Simporé à la Défense, Maxime Koné à la Sécurité.

Pourtant, c’est bien la crise sécuritaire qui a précipité la chute de l’ancien gouvernement. Mais le maintien de ces trois figures à la direction de ces ministères n’étonne pas Eddie Komboïgo président du Congrès pour la démocratie et le progrès et chef de file de l’opposition au Burkina Faso. « La priorité des priorités, c’est la paix. Que le ministre de la Défense et le ministre de la Sécurité restent, cela ne nous étonne pas, car ils ont été nommés il y a trois ou quatre mois. Ils sont en train de tracer leur chemin », explique-t-il au micro de RFI, au lendemain de l’annonce du nouveau gouvernement.

« Nous attendons des résultats probants »

Toutefois, le candidat arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle de novembre 2020 (15,48% des voix au premier tour, derrière Roch Marc Christian Kaboré avec 57,87% et devant Zéphirin Diabré avec un peu plus de 12%) prévient : « Nous attendons que des résultats probants soient obtenus dans les plus brefs délais. ».

Pour Eddie Komboïgo, il convient de « réorienter les objectifs en cherchant une solution non seulement armée, mais aussi négociée ». Et l’opposition entend avoir un rôle à jouer : « Nous avons décidé d’aller voir le chef d’État-major général des armées, la direction générale des polices, le ministre de l’Action sociale et certains ministères en charge de la lutte contre la corruption pour une meilleure évaluation, avec des données chiffrées et réelles. »

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER