23 septembre 2021
spot_img

Coup d’État en Guinée : La CEDEAO tape du poing sur la table et suspend le pays de toutes ses instances

Le sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), par visioconférence ce mercredi 8 septembre 2021 a consacré ses travaux à la situation politique en République de Guinée après la prise de pouvoir par une junte militaire et l’arrestation du président Alpha Condé le 05 septembre. Elle a connu la participation du président du Faso, Roch Kaboré.

Le sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a permis d’examiner l’incident en Guinée . À l’issue des travaux tenus à huis clos, le ministère des affaires étrangères, Alpha Barry a fait la synthèse du sommet à la presse.  

Sur la situation en Guinée, « les chefs d’états ont exprimé leurs vives préoccupations de la situation sociopolitique de la Guinée. Ils ont exigé le respect de l’intégrité physique du président Alpha Condé et de toutes les personnes arrêtées. Les chefs d’états de la CEDEAO ont également exigé la libération du président Alpha Condé et de toutes les personnes arrêtées et surtout le retour à l’ordre constitutionnel normal » a indiqué le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry.

Au cours de ce sommet, « les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont annoncé qu’une mission sera effectuée en Guinée pour discuter avec les nouvelles autorités du pays » a déclaré le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry.

Le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry et Ministre délégué auprès du Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Burkinabé de l’Extérieur, chargé de l’Intégration Africaine et des Burkinabé de l’Extérieur, Clarisse Merindol/Ouoba©infoh24

Lors de ce sommet, les chefs d’états de la CEDEAO ont pris une sanction. À en croire le ministre Barry, « la CEDEAO a suspendu la Guinée de toutes ses instances et demande que cette décision soit endossée par l’union africaine et les Nations unies ».  

Concernant la situation au Mali, la CEDEAO demande au gouvernement malien de respecter le calendrier de l’élection présidentielle et législative du 22 février.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires