25 juillet 2021
spot_img

Culture : Jacob Yarabatioula dévoile ses recherches sur les industries culturelles et créatives au Burkina Faso

Articles Connexes

Au cours d’une conférence-dédicace tenue ce vendredi 26 mars 2021 à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, le Docteur Jacob Yarabatioula a présenté au public burkinabè ses deux livres sur la question des industries culturelles et créatives au Burkina Faso. Ces deux ouvrages permettront aux acteurs culturels d’appréhender les enjeux de ces filières culturelles dans la perspective de leur développement.

L’Afrique n’échappe pas aux débats sur les industries culturelles, déjà en vogue au niveau mondial. Bien développées dans les pays du Nord, les industries culturelles connaissent cependant un développement très faible en Afrique.

Les industries créatives sont des industries qui utilisent la culture comme intrant et possèdent une dimension culturelle, quoique leurs productions soient essentiellement fonctionnelles.

Peu abordée dans la sphère culturelle burkinabè, la question des industries culturelles et créatives est maintenant consignée dans deux livres par le docteur Jacob Yarabatioula et dédicacés ce vendredi 26 mars à Ouagadougou.

Présidium lors de la conférence-dédicace de présentation des deux livres @InfoH24

Ce concept qui est récent au Burkina Faso présente des enjeux et défis d’ordre sociopolitique, économique, artistique et culturel marqués la fragilité du domaine et le développement du numérique. C’est dans cette optique que le Docteur Jacob Yarabatioula, enseignant-chercheur à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou a décrit dans une approche socio-historique, les trajectoires et les enjeux de ces industries culturelles et créatives et aussi l’analyse  de ces filières dans la perspective de leur développement.

Il montre dans ces deux ouvrages la nécessité de prendre les industries culturelles comme étant un objet de recherche et une politique de développement mais aussi le mode de fonctionnement et le modèle économique de ces filières.

Ces deux ouvrages constituent également une feuille de route pour le développement des industries culturelles et créatives face à la concurrence et à la prédominance des  produits culturels occidentaux.

Vue de face des deux livres @InfoH24

Il s’agit notamment des ouvrages suivants publiés en 2020 par les éditions ‘’L’Harmattan’’ à Paris en France :

-Industries culturelles et créatives au Burkina Faso : Trajectoires et enjeux,

-Industries cultures et créatives au Burkina Faso : Analyse des filières.

Selon l’auteur, les domaines des industries culturelles et créatives au Burkina Faso sont entre autres, le livre et l’édition, la musique, le cinéma et l’audiovisuel, la mode et le design, les arts plastiques, etc.

Dans son premier ouvrage intitulé ‘’ Industries culturelles et créatives au Burkina Faso : Trajectoires et enjeux’’ Jacob Yarabatioula revient sur la nécessité  d’organiser et structurer ces industries culturelles au Burkina Faso dans la perspective d’apporter plus à l’économie nationale. Des reformes qui pourraient créer des richesses et des emplois malgré leur faible industrialisation. Les lignes directrices et les enjeux y sont abordés en 236 pages et au coût unitaire de 16 500 FCFA.

Le second livre intitulé ‘’ Industries cultures et créatives au Burkina Faso : Analyse des filières’’ constitue un panorama sur les industries culturelles et créatives au Burkina Faso. Dans cet ouvrage, l’auteur y aborde les différentes filières avec une observation sur le brouillage des frontières autrefois bien distinctes. Jacob Yarabatioula revient non seulement sur les difficultés rencontrées par les filières traditionnelles comme le livre et le cinéma mais aussi sur les défis des filières émergents comme le jeu vidéo et le design.

Les difficultés de commercialisation des produits culturels industrialisés, la fragilité organisationnelle et les capacités entrepreneuriales des acteurs, l’incursion du numérique, les contraintes du marché, etc. sont également des thèmes abordés par l’auteur dans ce second livre de 450 pages et au prix unitaire de 25 500 FCFA.

Dr Jacob Yarabatioula en pleine séance de dédicaces @InfoH24

Selon le Docteur Jacob Yarabatioula, le concept est nouveau au Burkina Faso car il date des années 2000. « Ce que nous sommes en train de montrer aux lecteurs, ce sont les trajectoires et les enjeux de développement des industries culturelles et créatives comme facteurs de création d’emplois et de richesses. Il s’agit aussi des enjeux politiques et stratégiques pour notre pays car l’économie du 21e siècle et celle des siècles à venir sera fortement basée sur le numérique et les pays qui vont gagner cette bataille numérique sont les pays qui auront accompagné la production culturelle artistique » a-t-il souligné.

Le Docteur Jacob Yarabatioula espère que ses travaux de recherches compilées dans ces deux ouvrages contribueront à asseoir des politiques de développement des industries culturelles et créatives au Burkina Faso.

Pr Serge Théophile Balima, parrain de cette conférence-dédicace @InfoH24

De son côté, le Professeur Serge Théophile Balima, enseignant-chercheur à la retraite, préfacier du premier livre, spécialiste des sciences de l’information et de la communication et parrain de cette conférence-dédicace a félicité l’auteur pour le travail ayant abouti à la sortie de ces deux ouvrages. Pour lui, ces deux livres se démarquent non seulement par l’originalité et la richesse des thèmes abordés que par la complexité du sujet global en l’occurrence les industries culturelles et créatives.

Vue partielle des participants à cette conférence dédicace @InfoH24

En rappel, Jacob Yarabatioula est docteur en sciences de l’information et de la communication de l’Université Grenoble-Alpes en France. Il est actuellement enseignant-chercheur à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou. Ses travaux pionniers portent sur les industries culturelles et créatives et s’inscrivent dans le double champ des sciences de l’information et de la communication (SIC) et de la sociologie. Depuis 2015, il s’intéresse également aux questions de l’extrémisme violent et de la radicalisation religieuse dans la perspective de la cohésion sociale et du vivre-ensemble.

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
spot_img

A la Une

Université Thomas Sankara : Une nouvelle promotion de gestionnaire à la quête de l’emploi

La joie était vibrante à l'université Thomas Sankara, ce vendredi 23 juillet 2021. Des jeunes filles et garçons, de bleu vêtu, ont marqué leur passage. En effet, plusieurs dizaines d'étudiants en formation en sciences économiques et de gestion, ont marqué une autre étape dans leur cursus scolaire avec la fin de leur formation académique.

50ème promotion de l’École nationale de police : 639 agents déterminés à servir avec loyauté et intégrité

Placée sous la présidence du ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo Clément...

Incendie au cabinet Farama et Associés : La Coalition Syndicale exprime sa solidarité

Suite à l’incendie qui s’est déclaré au Cabinet de Maître FARAMA et associés, le samedi 17 juillet 2021, la coalition syndicale à travers cette déclaration exprime sa solidarité

Burkina Faso: La BRAKINA offre 10 métiers à tisser larges bandes aux associations de tisseuses

La société BRAKINA SA a procédé ce vendredi 23 juillet 2021 à une remise de don au ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce don est composé de 10 métiers à tisser larges bandes sous forme de subvention.
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img