25 juillet 2021
spot_img

Dialogue politique : La conclusion de l’ensemble des travaux attendue le 4 juillet 2021

Articles Connexes

Ouvert le 17 juin 2021, le dialogue politique a clos partiellement ses travaux ce 19 juin 2021 à Ouagadougou. Les acteurs du dialogue politique ont décidé de suspendre les travaux afin de les reprendre le 3 juillet 2021. Ils ont néanmoins fait le point des travaux des 17, 18 et 19 juin 2021. La raison principale de cette suspension est que d’autres points se sont invités aux débats et ils ont opté pour certaines questions de rechercher plus d’informations avant de revenir pour échanger. Pour eux, cette rencontre vise à aboutir à des points consensuels.

Les travaux du dialogue politique ont connu une suspension  et reprendront le 3 juillet. Pour les coprésidents Simon Compaoré de la majorité et Eddie Komboigo de l’opposition, l’idée était que sur l’ensemble des points inscrits à l’ordre du jour dans le cadre de ce dialogue politique, ils arrivent à trouver des points consensuels. Par exemple, l’examen de l’introduction du suffrage universel dans l’élection des présidents des comités des conseils de collectivités.

Cette  préoccupation a  amené le dialogue politique à différer la conclusion des travaux. Mais pour cette première étape,  les deux coprésidents ont présenté les points abordés, les consensus auxquels ils ont obtenu  et les propositions. Mais les acteurs pensent conclure les travaux d’ensemble du dialogue politique le 4 juillet les travaux d’ensemble du dialogue politique.

Les deux coprésidents en séance de travail ©infoh24

Pour le coprésident, Simon Compaoré de la majorité, plusieurs points ont été abordés.  « Ils ont d’abord noté que ce dialogue politique se tient dans un contexte préoccupant dans le domaine de la sécurité. Et c’est le premier point qui a été à l’ordre du jour de cette rencontre ».

Un point sur lequel, ils ont passé beaucoup de temps à examiner ce point. Pour cerner la situation  à en croire le coprésident Simon Compaoré de la majorité,  dans un premier temps « ils ont entendu des communications qui ont été faites par le ministre de la Défense et des anciens combattants, ensuite le ministre de la Sécurité et enfin le chef d’État-major général de l’armée. Au total, ils ont eu beaucoup d’informations sur la situation sécuritaire avec ses personnalités. Et il ressort que des efforts ont été faits au niveau de l’État pour que la loi de programmation militaire soit bien exécutée. Ce qui a permis une dotation conséquente en matériels aux forces de défense et de sécurité ».

Photo de famille des acteurs du dialogue politique ©infoh24

Cependant, « des besoins subsistent et le dialogue politique a souhaité à cette étape que le gouvernement garde une oreille attentive aux préoccupations restantes qui sont soulevées par les  forces de défense et de sécurité ».

Par rapport aux résultats enregistrés depuis la tenue de notre premier dialogue politique de juillet 2019. « Ils ont aussi  constaté que lors du dialogue politique passé de juillet,  une préposition faite par le dialogue politique a été mise en œuvre mais elle n’est pas très opérationnelle. Il s’agit de la création du fonds qui sera alimenté par les burkinabè, en plus du budget national pour appuyer les  forces de défenses et de sécurité à être performant sur le terrain. Sur cette proposition,  Ils ont souhaité que « le gouvernement fasse en sorte qu’il ait une large publicité sur ce fonds » a indiqué le coprésident Simon Compaoré de la majorité.

Des journalistes©infoh24

En dehors de cette question sécuritaire, les acteurs du cadre de dialogue politique ont discuté sur d’autres points notamment la question de la relecture à minima du code électoral. Et concernant l’introduction du suffrage universel dans la désignation pour l’élection des présidents des conseils de collectivité, Ils ont encore  écouté les interventions du ministre en charge de la décentralisation et ils ont convenu qu’ « ils ont besoin d’information avant de revenir pour échanger sur ce point le 3 juillet ».

 Pour la question des burkinabè dans les zones à fort défis sécuritaires, la révision des dispositions relatives à l’enrôlement des électeurs, les documents de votation, la question du nomadisme politique et la question de la campagne déguisée. « Ils ont désigné quatre camarades qui vont travailler sur ces questions  afin qu’ils puissent avoir des positions définitives  le 3 juillet 2021 ».

Un point de consensus                       

Dans les discussions, ils ont obtenu un consensus sur un point. Ce point de consensus consisté à rééditer une décision. Celle qui consistait à dire qu’étant donné les difficultés qu’il y a à produire suffisamment  des cartes nationales d’identité pour l’ensemble des burkinabè pour l’élection présidentielle et législative passée. Ils acceptent que tous ceux qui soient détenteurs de la carte d’électeur de cette élection passée de pouvoir l’utiliser jusqu’au 31 décembre 2022. Puisque les élections municipales ont été  repoussées. Et ils souhaitent  que l’État prenne en compte cette demande de la classe politique.

Le coprésident Simon Compaoré de la majorité©infoh24

Autres communications  

 Sur le découpage du territoire,  le ministre en charge de la décentralisation  a donné la substance de ce qui va meubler cette réforme. « Il  a rassuré  les acteurs qu’ils seront tenus informés tout au long du processus. Il y a eu aussi  cette communication sur la relecture du code général  des collectivités. En attendant des informations, le dialogue politique reviendra sur cette question le 3 juillet 2021 » a-t-il ajouté. Le ministre en charge de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré a fait une communication  sur l’état de la procédure de la préparation de la réconciliation nationale. Sur cette question, les acteurs du dialogue politique demandent à être associé tout au long du processus.

Le coprésident de l’opposition Eddie Komboigo©infoh24

Enfin le quota genre, un point sur lequel une autre communication a été faite. Mais les résultats ne sont pas satisfaisants car le nombre de femmes élues à l’assemblée est passé de neuf à 16. Et les femmes de deux délégations (opposition et majorité) ont fait une déclaration dans laquelle elles consignent leurs attentes. Elles ont proposé des mesures fortes et interpellent le président du Faso pour que la prise en compte des femmes soit améliorée dans les instances décisionnelles.

Pour le coprésident de l’opposition Eddie Komboigo, concernant la sécurité, il a exigé « la démission du Premier ministre et du ministre de la défense ». Il demande aussi la relecture de l’article 10 du décret  des forces spéciales car il y a des insuffisances.  

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
spot_img

A la Une

Université Thomas Sankara : Une nouvelle promotion de gestionnaire à la quête de l’emploi

La joie était vibrante à l'université Thomas Sankara, ce vendredi 23 juillet 2021. Des jeunes filles et garçons, de bleu vêtu, ont marqué leur passage. En effet, plusieurs dizaines d'étudiants en formation en sciences économiques et de gestion, ont marqué une autre étape dans leur cursus scolaire avec la fin de leur formation académique.

50ème promotion de l’École nationale de police : 639 agents déterminés à servir avec loyauté et intégrité

Placée sous la présidence du ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo Clément...

Incendie au cabinet Farama et Associés : La Coalition Syndicale exprime sa solidarité

Suite à l’incendie qui s’est déclaré au Cabinet de Maître FARAMA et associés, le samedi 17 juillet 2021, la coalition syndicale à travers cette déclaration exprime sa solidarité

Burkina Faso: La BRAKINA offre 10 métiers à tisser larges bandes aux associations de tisseuses

La société BRAKINA SA a procédé ce vendredi 23 juillet 2021 à une remise de don au ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce don est composé de 10 métiers à tisser larges bandes sous forme de subvention.
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img