14 avril 2024
spot_img

Guinée : Alpha Condé, le Pinochet africain devant les juges  

Alpha Condé et 26 anciens hauts responsables civils et militaires vont bientôt répondre devant le juge pour « meurtre, assassinat et complicité », disparitions forcées, détentions, enlèvements, acte de torture, coups et blessures. Ce qui était rare en Afrique commence à devenir une réalité. Mis à la retraite par les militaires, le 5 septembre 2021, l’ancien président guinéen et nombre de ses collaborateurs vont donner l’exemple devant le tribunal pour répondre de leurs actes. Ce qui n’est pas étonnant  est qu’en Afrique, les anciens présidents, qui tombent sous l’effet des armes, échappent rarement aux nouveaux maîtres.

Les faits remontent en 2019, lorsque le Front national de défense de la Constitution a mené durant des mois des actions contre un troisième mandat d’Alpha Condé. Ce mouvement a été violemment réprimé et des dizaines de personnes ont été tuées. Cette situation avait entrainé des déchirures du tissu social guinéen avec pour responsable, l’ancien locataire de Sékhoutouréya, Alpha Condé.  

Et comme disait Jean Jacques Rousseau ‘’le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir.’’ Surtout interpeller les hommes politiques qu’ils ne doivent jamais oublier la limite de leur droit et leur devoir.

En effet, le processus a été enclenché depuis qu’il était au soin à Dubaï et certains anciens dignitaires de son pouvoir étaient déjà aux frais car  accusés de détournements de fonds publics. Eux comme leur mentor vont répondre de faits au pénal. Le chapelet de griefs à l’encontre de ceux qui étaient intouchables il y a encore quelque sept mois, est tout aussi long que lourd à égrener.

Les faits sont entre autres : pillage, meurtre, enlèvement, torture, séquestration, agression sexuelle, disparition forcée. Ce sont  les faits pour lesquels la justice compte se pencher sur le cas des anciens dirigeants qui faisaient la pluie et le beau temps à Conakry. Voici le tableau que présent l’ancien opposant historique de la guinée Alpha Condé.

Alpha Condé depuis qu’il a été porté à la tête de la guinée n’a pas réussi à se mettre dans sa tunique de président de tous les Guinéens. Il est donc resté dans sa coquille divisionniste dans une guinée diversifiée. Mais non il serait tombé sans avoir pris le soin d’appréhender ce proverbe de Jean Jacques Rousseau, «le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit, et l’obéissance en devoir.» Au pouvoir, l’homme devient égocentrique et il n’arrive pas à résister à la folie des grandeurs foulant aux pieds les règles basiques de la vie des citoyens.

Au pouvoir Alpha Condé est vite devenu un dieu sur terre en posant des actes déplacés au mépris de ses concitoyens dont il était censé pourtant assurer leur bien-être. Avec cet entêtement du président Alpha, ce qui devrait arriver dans cette gestion personnelle des affaires du pays est arrivé avec la prise du pouvoir  par les militaires.

Ainsi donc de donneur d’ordre à exécuter, aujourd’hui, Alpha Condé et sa bande sont devenus de simples justiciables comme tous les Guinéens lambda. Devant la justice, il pourra au moins en toute tranquillité, l’air pur de cette Guinée qu’il n’a pas réussi à installer durablement sur les rails de la démocratie. En faisant un comeback, on ne peut pas pleurer le cas Alpha Condé, qui a même contribué à diviser les guinées avec son histoire de 3e mandat qui n’a jamais porté bonheur à ceux qui ont toujours essayé.

Pourtant, dans sa vie d’opposant historique, Alpha a été un fervent défenseur de la démocratie. Mais au pouvoir, Alpha a été un torpilleur de la démocratie. Quel paradoxe, et comme le disait Machiavel tant qu’un homme n’a pas pouvoir économique et politique, taché de vous de dire que vous le connaissez car le pouvoir l’amènera à étaler sa personnalité. Donc Alpha avait caché sa vraie personnalité. Ce qu’il était réellement. Un cas pratique que les peuples doivent conserver pour faire face à d’autres tentatives.

Face à ce comportement indigne de démocrate, Alpha venait donc de tracer et de baliser la voie pour que la  Guinée brise le signe indien des coups d’Etat. Sous Alpha le droit de manifester et surtout contre le 3e mandat ont été réprimés dans le sang. Et cette plainte portée par le Collectif Front national de défense de la Constitution (FNDC), pilier de la résistance vient montrer que la loi fondamentale a été bafouée sous Alpha Condé.

A la justice la justice guinéenne de montrer qu’elle est à la hauteur des attentes des Guinéens. Une aubaine pour elle de gagner en crédibilité pour redorer son image, elle qui a été longtemps décriée. Mais qu’elle soit équitable et non juste une opportunité pour les nouveaux maîtres putschistes militaires, d’humilier l’ancien maître putschiste constitutionnel.

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER