26 janvier 2022
spot_img

8-mars 2021 : La LIPF magnifie le travail des femmes de média

La Ligue islamique pour la Paix au Faso (LIPF) a organisé dans le cadre du 8-mars 2021 à Ouagadougou un panel au profit des femmes journalistes. Cette initiative entrant dans la commémoration de la 164e journée internationale de la femme était essentiellement axée sur la problématique de la recherche de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie famille.

Au constat, « de façon générale le déséquilibre entre la vie professionnelle et celle familiale fait partie intégrante des divorces au Burkina Faso. En 2020, plus de 1400 divorces ont été officiellement enregistrés dans au Burkina Faso pour plusieurs raisons. Et le manque d’équilibre entre la vie familiale et celle professionnelle est l’une des principales causes de ce phénomène » a indiqué la panéliste Karidja Segda dont la communication a porté sur le rôle de la femme en famille. 

Certes, votre métier demande assez de temps mais il ne doit pas être un alibi pour se dérober des obligations familiales, conseille la psychologue aux femmes journalistes.

Dr Zénabou Coulibaly durant sa communication ©Infoh24

Le métier du journaliste est laborieux encore plus avec les femmes, renchérit Dr Zénabou Coulibaly. Il est difficile pour les femmes journalistes de trouver l’équilibre entre la vie de couple et celle professionnelle mais pas impossible, a relevé, Dr Zénabou Coulibaly dans sa communication intitulée : genre et journalisme : comment concilier las activités de journalisme avec la vie de famille pour la femme.

Cette difficulté, selon la panéliste, réside dans l’exigence du métier de journaliste qui demande une grande disponibilité. De l’avis de la panéliste, la solution de cette équation se trouve toujours dans la communication tant dans la cellule familiale que professionnelle. Pour ce faire, elle suggère que la femme sensibilise son mari et le reste de sa famille sur les exigences de son travail en vue de trouver l’équilibre.

Au-delà de sa famille, la sensibilisation doit aussi se faire au service. Les responsables de son service doivent être aussi regardants sur la considération du genre afin de « décharger » la femme. « Le simple fait de ne pas affecter la femme à certains postes ou missions permet à la femme d’allier plus facilement vie familiale et vie professionnelle » explique la consultante indépendante, experte en genre.

Pour elle, certains postes demandent plus de présence au lieu de travail comme certaines missions demandent beaucoup d’absence, ce qui peut être difficile pour la femme surtout si elle a des enfants en bas âge. Tenir compte de ces  difficultés et alléger certaines situations pour la  femme, précise-t-elle, n’est pas synonyme d’une mise en garage.

Des attestations de reconnaissance pour les journalistes

L’activité a été l’occasion de donner des attestations de reconnaissance à six journalistes de l’audiovisuelle. « J’exprime ma satisfaction à la ligue pour cette distinction. Cela fait trois à quatre ans que la ligue nous envoie des mots d’encouragement ou des présents à l’occasion de la journée internationale de la femme » a laissé entendre une des bénéficiaires, Ruth Ouattara de la télévision nationale. Elle a salué également la démarche de la ligue islamique qui n’a pas tenu compte des appartenances religieuses dans la sélection des lauréates. Les autres bénéficiaires sont Sandrine Zougouri (Bf1), Sonia Kocty (Wat FM et 3T), Michéline Guigma de Burkina Info, Samira Guiré (radio Oméga), Abzéta Kaboré (Savane média).

La journaliste Ruth Ouattara désignée pour son travail de promotion de la femme à travers les médias ©Infoh24

Cette activité, selon le président de la Ligue islamique pour la Paix au Faso, El Hadj Ousséni Tapsoba, est une halte pour saluer et magnifier le travail des femmes de médias qui, en dépit de plusieurs difficultés, font leur travail d’information. Maintenant que cette 4e édition a réussi, nous allons tout mettre en œuvre pour réussir la 5e, l’année prochaine, a conclu le président de la LIPF.

Articles Connexes

Coup d’Etat au Burkina Faso : Un sommet de la CEDEAO prévu dans les...

0
Après le coup d’Etat perpétré par le mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) qui a chassé Roch Kaboré du pouvoir, la...

Burkina Faso : Le FESCOM promet lutter contre la drogue en milieu scolaire dans...

0
La ville de Banfora abritera du 26 février au 26 mars 2022, le festival de musique et danse en milieu scolaire (FESCOM). Ainsi, durant...

Burkina Faso : «Je suis méfiant vis-à-vis du coup d’état de Damiba», Yacouba Ladji...

0
Le journaliste d’investigation, Yacouba Ladji Bama s’est prononcé sur le coup d’état orchestré par les militaires contre le président Roch Kaboré. Dans une publication...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires