15 avril 2024
spot_img

Arnold Zongo (fils de feu Norbert Zongo) : « Je n’ai aucune pitié pour Blaise Compaoré »

Dans une publication sur sa page Facebook, le fils cadet de Norbert Zongo, Journaliste et Directeur de publication du l’Hebdomadaire L’Indépendant, assassiné le 13 décembre 1998 à Sapouy avec ses 3 compagnons, sort de son silence au lendemain du retour de Blaise Compaoré dont la silhouette a inspiré de la pitié à certains de ses compatriotes. Par cette sortie, le jeune Zongo s’adresse à la conscience de ses compatriotes (qui en ont encore) et attire l’attention sur le mal qui ronge, silencieusement bien des victimes du règne de Blaise Compaoré.

« Il y a des Burkinabè qui, tant qu’ils n’ont pas perdu un parent de la façon la plus ignoble, ne pourront jamais comprendre quand on parle de Vérité, de Justice, et enfin de Pardon. Il y a des familles qui n’ont jamais pu faire leur deuil; tout simplement parce qu’en Afrique la tradition exige que l’on dise au défunt: « pourquoi il a été tué, et qui sont ceux qui l’ont assassiné ». Des familles vivent ainsi avec des âmes qui les hantent. Sous Blaise Compaoré et son RSP (Ndlr: Régiment de sécurité présidentielle, la garde prétorienne de Blaise Compaoré), des gens ont été enlevés de chez eux et tués sans que leurs enfants ne sachent jusque-là où se trouve la tombe de leur père. Avez-vous déjà eu un parent calciné, ou mort d’une grenade en pleine ville?

La condamnation à perpétuité des bourreaux importe peu aux familles des victimes. Car la douleur qu’elles éprouvent ne se cicatrisera jamais jusqu’à la fin de leur vie. La justice pour ces familles veut tout simplement dire qu’au Burkina, la vie d’une personne a encore un peu de sens.

Enfin, le pardon exige que les bourreaux reconnaissent sincèrement leur tort à la famille. Et là encore, il y a des voies à suivre…

Ce qui nous arrive aujourd’hui est la résultante d’une terre souillée par le sang.

Les familles des victimes de Blaise Compaoré et de son RSP n’ont jamais pris les armes contre le Burkina, ni se rendre justice elles même. La moindre redevance pour ces familles, c’est de respecter la mémoire de leurs disparus. »

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER