25 juillet 2021
spot_img

Burkina Faso : Ce que gagne le pays dans l’exploitation minière et ce qu’il perd

Articles Connexes

Dans le cadre des journées nationales de refus de la corruption (JNRC), le REN-LAC tient un forum sur « la transparence et la redevabilité dans la gestion des ressources minières au Burkina Faso ». Ce 9 décembre 2020 plusieurs sous thèmes ont été animés.

Les journées nationales de refus de la corruption (JNRC) se sont poursuivies le 9 décembre 2020 par l’animation de plusieurs sous thèmes. Intervenant sur le sous thème « ressources minières : Que gagne le Burkina et que perd le Burkina Faso », le Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo a campé le décor en ces termes : « ce que nous gagnons c’est ce que nous n’avons pas perdu et ce que nous perdons c’est ce que nous n’avons pas perdu ».

Poursuivant son argumentaire sur cette thématique, Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo a précisé que le bénéfice que « les ressources minières dégagent pour le Burkina Faso sont faibles » malgré un code minier assez bon et une loi anticorruption très contraignante. Plusieurs facteurs expliquent cette faiblesse des bénéfices par rapport à ce qui devrait l’être.

Quelques participants au cours de la communication ©L’InfoH24

La valeur ajoutée tirée du secteur en 2018 est autour de 7%, alors que lorsqu’on observe l’effet cumulé sur la croissance du pays elle n’a pas changé depuis que l’exploitation minière est une réalité. Ce qui signifie que si les mines ont pris de l’essor c’est au détriment d’autres secteurs. Alors que faire pour mieux rentabiliser ? S’interroge le communicateur.

Selon Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo le secteur est peu porteur de richesses car certains acteurs ne défendent pas les intérêts du peuple dans les structures minières. Cette situation est due au fait que l’Etat à travers ses représentants a été capturé de deux manières par les intérêts financiers importants dans le secteur. La première manière c’est la capture matérielle et financière (positions distribuées de manières illégitimes), la deuxième manière c’est la capture idéologique et culturelle. Dans cette situation, il sied de biaiser les moyens de la capture et de récupérer l’Etat. Sur le que faire, Dr Ra-Sablga Seydou Ouédraogo répond « le pouvoir n’est pas à Kosyam, il y a du pouvoir certes mais le pouvoir n’y est pas ».

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
spot_img

A la Une

Université Thomas Sankara : Une nouvelle promotion de gestionnaire à la quête de l’emploi

La joie était vibrante à l'université Thomas Sankara, ce vendredi 23 juillet 2021. Des jeunes filles et garçons, de bleu vêtu, ont marqué leur passage. En effet, plusieurs dizaines d'étudiants en formation en sciences économiques et de gestion, ont marqué une autre étape dans leur cursus scolaire avec la fin de leur formation académique.

50ème promotion de l’École nationale de police : 639 agents déterminés à servir avec loyauté et intégrité

Placée sous la présidence du ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo Clément...

Incendie au cabinet Farama et Associés : La Coalition Syndicale exprime sa solidarité

Suite à l’incendie qui s’est déclaré au Cabinet de Maître FARAMA et associés, le samedi 17 juillet 2021, la coalition syndicale à travers cette déclaration exprime sa solidarité

Burkina Faso: La BRAKINA offre 10 métiers à tisser larges bandes aux associations de tisseuses

La société BRAKINA SA a procédé ce vendredi 23 juillet 2021 à une remise de don au ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce don est composé de 10 métiers à tisser larges bandes sous forme de subvention.
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img