11 mai 2021

Burkina Faso : Des énarques à l’école de l’anti-fraude de l’or

Articles Connexes

Fonds minier du développement local : les acteurs appellent l’État à renforcer et assumer son leadership

Ouvert le 10 mai 2021, l'atelier d'échanges sur la mise en oeuvre du Fonds minier pour le développement local...

FASOFOOT : L’ASK et le KIKO FC montent en première division

Les lampions se sont éteints sur la saison 2020-2021 du championnat burkinabè de deuxième division. L’ASK et le KIKO FC sont sacrés champions respectivement dans la poule A et dans la poule B et montent en première division pour la saison 2021-2022.

Culture : Le Dr Landry Yaméogo décortique le rôle du poète dans la société

Dans le cadre des activités de la 2e édition du ‘’Prix international de la poésie Jacques Prosper Bazié’’, une conférence publique sur le rôle de la poète dans la société a été animée ce mardi 11 mai 2021 par le Dr Landry Yaméogo.

Burkina Faso : La loi de finances rectificative 2021 adoptée

La représentation nationale a examiné et adopté ce mardi 11 mai 2021, le projet de loi de finances rectificative. C'était au cours d'une plénière présidée par le président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

Réconciliation nationale : Le HCRUN remet son rapport de fin de mission à Eddie Komboïgo

Le chef de file de l'opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo a reçu une délégation du Haut conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) conduite par son président, Léandre Bassolé, ce mardi 11 mai 2021, au siège du CFOP. A cette occasion une copie du rapport de fin de mandat de l'institution a été transmise au chef de file de l'opposition politique.

La Brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF) en collaboration avec l’école nationale de l’administration et de magistrature (ENAM) a tenu une conférence publique à l’intention des énarques sur le thème « la fraude à la commercialisation de l’or et des autres substances précieuses » le 06 février 2020.

Il s’est agi pour le conférencier, Hamadé Badini, directeur général de la brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF) de présenter la structure aux énarques, les missions, les textes, un aperçu du secteur minier, les acquis et les difficultés du secteur.

Les des permis octroyés par l’Etat du Burkina Faso sont : 438 permis de recherche, 26 permis d’exploitation industrielle de mine, 26 permis d’exploitation semi-mécanisée, 28 permis d’exploitation artisanale et 76 permis d’exploitation industrielle de carrière.

Selon le conférencier, la part contributive du secteur minier au produit intérieur brut(PIB) de l’Etat est assez importante. Par exemple en 2016 elle était de 8,4%, en 2017 11,40 %, 2018 10,60% et en 2019 13,13%. La production d’or croît avec le nombre de mines en extension. Il faut noter que le Burkina Faso compte 17 mines industrielles en 2020.

Quelques énarques dans la salle de conférence ©infoh24

La commercialisation de l’or reste une compétence exclusive des comptoirs, de sorte que toute personne sans autorisation ou titre qui commercialise l’or ou toute substance précieuse constitue une fraude à la loi. Toutefois, la loi prévoit deux voies de règlement lorsque la BNAF ou toute structure exerçant dans la lutte contre la fraude est saisie pour des cas suspects. Il s’agit d’une part de la transaction qui est le paiement d’une amende à l’Etat. Cette amende est au moins égale à la valeur de l’or ou de la substance saisie a précisé le conférencier. D’autre part, il y a la voie judiciaire qui consiste pour la structure saisissante de transmettre au procureur du Faso les procès-verbaux pour suite à donner.

Au titre des acquis, la BNAF a pu remettre dans le circuit normal, des quantités importantes d’or et recouvré des amendes pour l’Etat. Par exemples, selon une étude, la quantité d’or frauduleusement sortie du territoire est estimée à 9,5 tonnes par an. Au nombre des amendes, les dossiers connus de la BNAF et en cours à la justice porte sur des estimation d’amendes ; en 2018 : 106 891 806 729 FCFA, en 2019 : 189 292 217 607 FCFA.

D’autres participants dans la salle de conférence ©infoh24

La difficulté majeure pour la BNAF reste le manque de moyens (matériel, financier) car elle a une compétence nationale qui suppose un maillage du territoire et les informations dans le domaine minier sont payantes surtout quand il s’agit de dénoncer une fraude. Une autre difficulté pour la BNAF, c’est le manque de réseau d’informateurs. Toutefois, elle n’a pas une compétence exclusive pour la lutte contre la fraude à la commercialisation de l’or et autres substances car elle vient en appui aux autres structures traditionnelles en matières de constatation des infractions a précisé le conférencier.

En rappel, la BNAF est une équipe de 12 personnes nommées par décret en conseil des ministres pour un mandat unique de 3 ans. Les membres de la BNAF prêtent serment devant le tribunal de grande instance, ce qui leur confère le statut d’officier de police judiciaire.   

- Advertisement -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -
- Advertisement -
- Advertisement -

A la Une

Fonds minier du développement local : les acteurs appellent l’État à renforcer et assumer son leadership

Ouvert le 10 mai 2021, l'atelier d'échanges sur la mise en oeuvre du Fonds minier pour le développement local...

FASOFOOT : L’ASK et le KIKO FC montent en première division

Les lampions se sont éteints sur la saison 2020-2021 du championnat burkinabè de deuxième division. L’ASK et le KIKO FC sont sacrés champions respectivement dans la poule A et dans la poule B et montent en première division pour la saison 2021-2022.

Burkina Faso : La loi de finances rectificative 2021 adoptée

La représentation nationale a examiné et adopté ce mardi 11 mai 2021, le projet de loi de finances rectificative. C'était au cours d'une plénière présidée par le président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

Réconciliation nationale : Le HCRUN remet son rapport de fin de mission à Eddie Komboïgo

Le chef de file de l'opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo a reçu une délégation du Haut conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) conduite par son président, Léandre Bassolé, ce mardi 11 mai 2021, au siège du CFOP. A cette occasion une copie du rapport de fin de mandat de l'institution a été transmise au chef de file de l'opposition politique.
- Advertisement -

Plus d'articles

- Advertisement -
error: Le contenu est protégé !!