23 septembre 2021
spot_img

Déplacés internes : L’odyssée de Rasmané Ouédraogo un mineur séparé venu de Foubè

Ils s’appellent Rasmané, 14 ans ; Amah, 14 ans ; Mamoud, 14 ans et ont en commun d’être des mineurs. A la différence des autres mineurs, ils sont issus de la population en situation de déplacés internes. Eux trois, sont victimes et témoins des actions des groupes armés qui écument certaines localités du Burkina Faso. Désormais, séparés de leurs familles, ils sont des mineurs non accompagnés et séparés de leurs parents. Venus de Déou, Arbinda et Foubé, traumatisés par la violence et la perte des leurs ; ils ont élu domicile à Ouagadougou. Ils racontent leur parcours d’enfants en situation difficile.

C’est un souvenir funeste. Pour en faire le récit, Rasmané Ouédraogo, 14 ans, serre les mâchoires et les poings, tout en redressant son cou. Il y a bientôt trois mois, en cette année 2021, Rasmané Ouédraogo, sous l’ombre d’un arbre, dans son Foubè natal, vivait le pire moment de sa vie : « j’ai vu des hommes armés, assis sur une moto. L’un conduisait la moto en direction de notre maison, alors que l’autre avait son regard retourné en arrière », se souvient-il. Puis, un silence de cimetière. Il ne veut plus raconter, mais l’imam Raouf Nikiéma (le nom a été changé) l’encourage : « Ne pleure pas, tu peux tout lui dire », dit-il. Alors, Rasmané noie son amertume et narre : « Ils ont tué mon père, brûlé notre maison, transporté notre bétail. Ensuite, ils ont emporté ma mère et mes deux petites sœurs, la benjamine avait moins de 5 ans ».

Rasmané Ouédraogo, un mineur séparé venu de Foubè ©L’Infoh24


Témoin oculaire de ces faits, à l’issue de cette catastrophe, Rasmané s’enfuit et s’embarque pour Barsalogho. Mais,il ne rejoint pas le camp des déplacés internes de Barsarlogho. Il s’explique : « je ne connaissais personne et je voulais quitter cet endroit ». Pour occuper ses journées, Rasmané noie sa mélancolie dans les petits travaux du village. « J’étais là-bas, jusqu’au jour où, j’ai expliqué ma situation à un chauffeur qui m’a proposé de me conduire à Ouagadougou ».
Arrivée pour la première fois dans la capitale du Burkina Faso. L’élève, Rasmané qui n’a aucune connaissance, se dirige vers la mosquée. L’imam Raouf Nikiéma, absent ce jour, sera mis au courant dès son retour : « on m’a montré l’enfant, c’était pratiquement en juin ; ensuite, on a appelé la police qui est venue le prendre pour le conduire à l’action sociale, mais il est revenu à la mosquée ». Résident désormais en ces lieux, Rasmané vit des dons et de la générosité des croyants. Lui, qui ne connait personne à Ouagadougou, ne bénéficie d’aucune assistance sanitaire, encore moins sociale et ne sait de quoi sera fait son avenir.

Autres jeunes mineurs en situation de déplacés, Amah Diallo venu de Déou et Mamoud Cissé d’Arbinda, constituent l’équipe d’enfants qui mendient au carrefour après Ouaga 2000 à l’entrée de Nagrin. Comme Rasmané, Amah Diallo déplacé interne venu de Déou a élu domicile à Naboudi, une zone non-lotie, à l’entrée de Nagrin. « Je ne suis pas allé à l’école, mais j’aimerais vendre dans une boutique » confie-t-il. Telle est la doléance de Amah Diallo ; il vit dépendant des passagers. Mais pour l’instant, il mendie pour survivre. « Je demande de l’argent pour manger. Je le fais depuis mon arrivée à Ouagadougou, je n’ai pas mes parents à Ouagadougou, ils sont à Déou » regrette le jeune garçon.

Comme lui, c’est un groupe de jeunes gamins du même âge qui tendent la main aux feux tricolores pour quémander. Et, lorsqu’on leur demande d’après leurs parents, ils semblent ne pas s’en soucier. Pris individuellement, les récits sont écœurants. Familles divisées et endeuillées à la suite des excursions des groupes armés, chacun a pris une direction. Comme Amah, les autres enfants ont fait leur chemin pour élire domicile à Ouagadougou. Amah Diallo, vit à Ouagadougou, mais ne sait plus la date de son arrivée.

Aissa Maiga ©L’Infoh24

Face à la paralysie de son village à Arbinda, Mamoud et ses frères sont arrivés à Ouagadougou depuis deux ans. « On nous a donné des vivres, on était chez nos oncles, ensuite mes frères sont partis chercher du travail, mais m’en trouvaient pas. Donc, je me balade pour demander », explique Mamoud. Rencontré au grand marché de Ouagadougou, le bol à la main, Mamoud, rentre chaque soir, auprès de ses frères pour dormir. Sa maison située, dans l’arrondissement 6, est une pièce en banco à peine de 3 m2 pour une famille de six personnes. Ni l’eau, ni l’électricité, encore moins l’assainissement n’est présent.
Dans la foulée, on y trouve aussi des personnes âgées qui s’adonnent à ce genre d’exercice : demander de l’argent aux passants aux arrêts des feux pour survivre. C’est le cas de Awa Bandé, Aissa Maiga, toutes venues du Sahel.

La prise en charge sanitaire, une nécessité

Daouda Ouédraogo, secrétaire de l’arrondissement 7 de Ouagadougou, est un habitué de ces mineurs baladeurs qui foisonnent de temps à autres la cour de la mairie. « Souvent, ils sont dans des familles d’accueil, ils viennent pour demander de l’aide. Raison pour laquelle on a un projet de développer des actions dans ce sens. Pour les cas de santé, on essaie de gérer avec les médecins chefs des districts sanitaires et l’action sociale, lorsque les familles d’accueil font la demande ».

Daouda Ouédraogo, secrétaire de l’arrondissement 7 ©L’Infoh24

A l’exemple de Rasmané, Amah et Mamoud, ils sont nombreux ces mineurs séparés de leurs familles, qui foisonnent les rues, les zones non-loties et les quartiers de plusieurs localités du Burkina Faso, comme la ville de Ouagadougou. Une situation habituelle pour la croix rouge et le comité international de la Croix Rouge ( CICR).

Boubakari Sorgho du CICR explique : « dans les zones des déplacés internes comme Kaya et Ouahigouya, on a ouvert des centres de santé pour ces cas, ce sont des situations qu’il faut toujours considérer comme les personnes déplacées âgées ou aveugles, qui sont souvent dans des maisons ».


Une difficulté pour établir des statistiques


Pour Dr Simon Sanou, chef de service de système d’information et de communication, du centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires, « c’est une préoccupation pour les zones en situation d’urgence qui nécessitent une prise en charge holistique ». Mais une difficulté pour la direction provinciale de la femme, de la solidarité nationale de la famille et de l’action humanitaire du Kadiogo.

Selon Malaika Kaboré, chef de service de la famille et de l’enfant « certains enfants qui sont à Ouagadougou, lorsqu’on les conduit aux centres d’accueil, ils refusent; ils viennent et repartent. Pourtant, on a une prise en charge holistique ». Pour Benjamin Sawadogo, directeur provincial de la femme, de la solidarité nationale de la famille et de l’action humanitaire du Kadiogo, « tout est mis en œuvre pour prendre en charge ces mineurs séparés ou non-accompagnés, mais aussi les mineurs en transit d’immigration ».

Pour l’instant, les trois mineurs ne bénéficient d’aucune assistance sanitaire, et il semble difficile de connaitre le nombre exact des mineurs isolés, non accompagnés et séparés, depuis que le Burkina Faso subit les actions des groupes armés. Pourtant, la loi fondamentale burkinabè tout comme la convention internationale relative aux droits de l’enfant exigent des Etats partis, une assistance sanitaire, mais aussi de garantir le contact avec leurs parents en cas de séparation.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires