24 mai 2024
spot_img

Election présidentielle 2020 et environnement : 03 mauvais candidats sur 13

Passés à la loupe des défenseurs de l’environnement, les programmes de trois des 13 programmes n’abordent pas suffisamment la question environnementale. Les conclusions des travaux ont été présentées ce 20 novembre 2020 à la presse.

Les mauvais élèves en matière d’économie verte et de développement durable dans les programmes électoraux des candidats à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso sont entre autres : organisation des peuples africains Burkina Faso (OPA/BF), du mouvement soleil d’avenir (MSA), de Burkina Vision etc. selon le Dr G. Damien Lankoandé coordonnateur de l’équipe d’évaluation Groupe de recherche et d’analyse appliquées pour le développement « les partis qualifiés ainsi, soit abordent la question de l’économie verte très sommairement, soit ne l’ abordent pas du tout ». Ils sont latents en langage technique toujours le coordonnateur.

D’autres programmes sont jugés établis par les évaluateurs c’est-à-dire que ces programmes ont en pris en compte la question environnementale et de l’économie verte. Selon les résultats cette campagne de plaidoyer pour l’environnement ce sont trois partis qui se dégage du lot. Il s’agit par ordre de mérite du Mouvement de renaissance du Burkina (MRB) suivi de KDO et du MPP.

Aussi certains programmes sont jugés émergents ce qui signifie que dans le programme de ces partis politiques la question environnementale et de l’économie verte occupe une place relativement importante. Il s’agit du MCR, de l’UPC, et du CDP. Toutefois, la question des modalités, des instruments et des outils de mise en œuvre n’est pas clairement abordée, du moins pour la majorité des domaines clés retenus.

Les résultats de cette étude ne constituent pas des consignes de vote

Guy Yaméogo

De façon générale les résultats obtenus montrent qu’aucun des programmes analysés n’a atteint le niveau avancé en terme de prise en compte de la question de l’environnement et de l’économie verte. Et des efforts devraient être faites pour une prise en compte plus efficiente de la question environnementale et de l’économie dans les politiques publiques au Burkina Faso.

Cette campagne de plaidoyer pour l’environnement a été mené par la coordination nationale des jeunes pour l’environnement et le climat (CONAJEC) et le Centre d’étude et d’expérimentation économique et sociale de l’Afrique de l’ouest (CESAO). En effet  » les résultats de cette étude ne constituent pas des consignes de vote » a précisé et insisté Guy Yaméogo, chargé de communication et de plaidoyer/ CESAO.

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER