25 juillet 2021
spot_img

Lutte contre le banditisme : Un réseau de malfaiteurs dans les filets de la gendarmerie de Nongremassom

Articles Connexes

La brigade ville de gendarmerie de Nongremassom à Ouagadougou a animé ce mercredi 20 janvier 2021 un point de presse. A ce point de presse, un réseau de présumés auteurs d’attaques à mains armées opérant dans les villes de Ouagadougou, Ziniaré, Nagreongo, Laye et Yako démantelé a été présenté à la presse. Le travail effectué par la brigade ville de gendarmerie de Nongremassom a permis de découvrir de nombreux matériels et des sommes importantes.

Suite à de multiples plaintes relatives à des attaques à mains armées, la brigade ville de gendarmerie de Nongremassom à Ouagadougou a ouvert une enquête pour retrouver les auteurs.

Dans cette recherche, la brigade a pu identifier et interpeller quatre présumés auteurs d’attaques à mains armées au secteur 42 de la ville grâce à un appel anonyme.

Les investigations ont permis de découvrir un réseau de quatre personnes. Le réseau opérait dans les villes de Ouagadougou, Ziniaré, Nagreongo, Laye et Yako.

Pour masquer leur activité aux yeux de leurs parents, le réseau a élu domicile sur le site aurifère de Bouda à Yako dans la province du Passoré où ils se font passer pour des orpailleurs.

Le commandant de la brigade ville de Nongremassom, l’adjudant-chef-major Abdoulaye Sawadogo ©InfoH24

Leur mode opératoire consistait à prendre le soin de choisir une localité, d’identifier la cible et de s’y rendre nuitamment pour spolier leurs victimes. L’enquête a permis de mettre aux arrêts trois membres du groupe. Le quatrième du groupe a pris la fuite. A en croire  la brigade, une unité est à sa trousse car il a été repéré dans une localité.

Avec ce groupe de malfaiteurs, une série d’attaques à mains armées a été enregistrée dans plusieurs localités. Dans la ville de Yako, le 24 et le 30 décembre 2020, deux boutiques de vente d’articles divers, une pharmacie et ses clients ont subi la terreur de la bande. A cette attaque, le réseau a emporté une somme d’argent d’une valeur de 3 millions de francs CFA et des téléphones portables.

Après cette attaque à Yako, le réseau a mis le cap dans la commune rurale de Nagréogo. Dans cette localité, le groupe a braqué une boutique et emporté la somme de 8 millions de FCFA. Toujours dans cette même localité, le groupe a encore perpétré une autre attaque à mains armées dans une autre boutique où il emporte la somme de 1 500 000 francs CFA.

Une vue du matériel saisi au quartier général du réseau ©InfoH24

Revenu à Ouagadougou dans leur quartier général au secteur 42, c’est là que le groupe a partagé le butin. Ce qui a permis aux membres du réseau de s’acheter, des motos, des appareils de music et divers objets.

Les perquisitions à leur quartier général ont permis de saisir la somme de 1 300 000 FCFA et de découvrir deux plaques solaires, trois postes téléviseurs, trois postes radio, trois batteries, 11 téléphones portables, un pistolet automatique et quatre cyclomoteurs.

Selon la brigade, les enquêtes ont permis de découvrir que près d’une trentaine de victimes ont été répertoriées et près de 14 000 000 francs CFA emportés par le groupe.

Eviter de se jouer les spectateurs lors des opérations

A propos des victimes, trois ont été enregistrées à Yako, une à Layé, trois à Ziniaré et deux à Nagreongo. « Nous invitons la population à plus de collaboration avec les forces de défense et de sécurité surtout lorsqu’elle voit la sécurité en lutte avec les délinquants à éviter de jouer au spectateur en s’attroupant pour voir qui des deux sortira vainqueur. Nous déplorons ce comportement de la population  » a indiqué le commandant de la brigade ville de Nongremassom, l’adjudant-chef-major Abdoulaye Sawadogo.

Les outils d’opération du gang ©InfoH24

Profitant de cette occasion, le commandant de la brigade ville de Nongremassom, a interpellé les populations et particulièrement les gérants de points de dépôts de transfert d’argent et de boutiques à plus de vigilance. Elles sont également invitées à dénoncer tout cas suspect auprès des services de polices judicaires aux numéros suivants : le 1010 pour le centre national de veille et d’alerte, le 16 pour la gendarmerie et le 17 pour la police.

O.I.  

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
spot_img

A la Une

Université Thomas Sankara : Une nouvelle promotion de gestionnaire à la quête de l’emploi

La joie était vibrante à l'université Thomas Sankara, ce vendredi 23 juillet 2021. Des jeunes filles et garçons, de bleu vêtu, ont marqué leur passage. En effet, plusieurs dizaines d'étudiants en formation en sciences économiques et de gestion, ont marqué une autre étape dans leur cursus scolaire avec la fin de leur formation académique.

50ème promotion de l’École nationale de police : 639 agents déterminés à servir avec loyauté et intégrité

Placée sous la présidence du ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo Clément...

Incendie au cabinet Farama et Associés : La Coalition Syndicale exprime sa solidarité

Suite à l’incendie qui s’est déclaré au Cabinet de Maître FARAMA et associés, le samedi 17 juillet 2021, la coalition syndicale à travers cette déclaration exprime sa solidarité

Burkina Faso: La BRAKINA offre 10 métiers à tisser larges bandes aux associations de tisseuses

La société BRAKINA SA a procédé ce vendredi 23 juillet 2021 à une remise de don au ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce don est composé de 10 métiers à tisser larges bandes sous forme de subvention.
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img