23 septembre 2021
spot_img

Coopération suisse : Le nouveau programme 2021-2025 dévoilé au Premier ministre

Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a reçu en audience, ce vendredi 16 avril 2021, le chef du bureau de la Coopération suisse au Burkina Faso, Jean-Michel Limat. L’entretien entre les deux personnalités a porté sur l’intervention suisse pour les cinq prochaines années au Burkina. Après, cette délégation de la coopération suisse, le chef du gouvernement a aussi échangé ce vendredi 16 avril 2021, avec le Directeur Général du Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC), Pr. Joseph Kaudjhis.

A la fin de cette rencontre avec le Premier ministre, le chef du bureau de la Coopération suisse au Burkina Faso, livre à la presse la substance de cette rencontre. Pour Jean-Michel Limat, l’objectif de cette audience était de présenter le nouveau programme de coopération de la Suisse au Burkina Faso pour la période 2021-2025. C’est un programme ambitieux qui s’inscrit dans les grandes orientations politiques du Burkina Faso.

Le chef de la Coopération suisse, Jean-Michel Limat©infoh24

Ce programme prendra en compte entre autres, la situation sécuritaire parfois difficile, l’insécurité alimentaire et les questions de la cohésion sociale et de paix. Il a confié que les grandes orientations de ce programme ont en ligne de mire, les aspects de développement.

Le chef de la Coopération suisse est également revenu sur les acquis de l’intervention de son pays au Burkina Faso. « Nous avons beaucoup échangé sur l’aide d’urgence, l’aide humanitaire qui doit être fait au Burkina Faso. En termes d’acquis, en partenariat avec tous les autres partenaires, nous notons des efforts et des progrès au niveau de l’agriculture, dans le domaine de l’éducation », a-t-il indiqué.

Par ailleurs Jean-Michel Limat s’est réjoui de savoir que Christophe Joseph Marie Dabiré a une large connaissance de l’apport de la Coopération suisse pour le développement au Burkina Faso, notamment en matière d’inclusion financière, de développement rural, de la formation et de l’insertion sociale. Du reste, il a salué la bonne coopération qui lie son pays au Burkina Faso.

Après son entretien avec le premier responsable de la coopération suisse, ce fut le tour du Directeur général du centre Africain de management et de perfectionnement des Cadres(CAMPC), le Pr Joseph Kaudjhis. « Spécialisé dans le renforcement des capacités des personnes en situation d’emploi. Il dit être venus au Burkina Faso pour présenter leur programme de formation et solliciter l’appui des plus hautes autorités du Burkina dans la mise en œuvre des différents projets que le CAMPC a élaboré dans le cadre de son plan stratégique.

La délégation du CAMPC avec le Premier ministre en audience©infoh24

Celui-ci a dit être venu au Burkina Faso, pour présenter les programmes de formation du Centre, et solliciter l’appui des plus hautes autorités dans la mise en œuvre des différents projets élaborés, dans le cadre de son plan stratégique.

« Nous nous réjouissons de cette rencontre que nous avons eue avec son Excellence Monsieur le Premier ministre, qui nous a exprimé tout son soutien, et qui est prêt à accompagner le CAMPC dans la mise en œuvre de ses programmes. Nous avons eu de fructueux échanges et espérons que dans un proche avenir, le CAMPC pourra recommencer à déployer ses activités au niveau du Burkina Faso », a déclaré le Pr. Joseph Kaudjhis.

Le Directeur général du CAMPC, lePr. Joseph Kaudjhis©infoh24

Selon le Pr. Joseph Kaudjhis,  le chef du Gouvernement « a donné toutes les assurances » pour la reprise des activités du Centre au Burkina.

Le CAMPC est une institution inter Etats dont fait partie le Burkina Faso. Il est basé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et est spécialisé dans le renforcement des capacités des personnes en situation d’emploi.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires