23 septembre 2021
spot_img

Entrepreneuriat féminin : « Il faut que nous consommons ce que nous produisons», Julie Kongo, député

Militant en faveur de l’autonomie financière de la femme burkinabè, à travers le textile africain, Julie Kongo, député à l’Assemblée nationale, donne son avis sur cette question et sur le devenir du textile africain.

Infoh24 : Comment voyez-vous l’avenir du textile africain ?

Julie Kongo : Je vois un très bel avenir du textile africain. La preuve c’est que nous sommes tout le temps habillés en tenue traditionnelle. En ma qualité de femme traditionnelle et élue, j’ai le devoir de faire la bonne promotion de ce que nous produisons. Il faut que nous consommons ce que nous produisons. En ce sens, je félicite les plus hautes autorités pour les efforts consentis.

Que doit-on faire pour une plus grande promotion du textile africain ?

J’ai décidé de participer à la sortie des impétrantes issues du Salon international du textile africain (SITA), promu par le deputé, Abdoulaye Mossé, parce que c’est cela l’avenir. Vous savez, 100 femmes formées, c’est 100 ménages qui seront soulagés. Parce que la responsabilité incombe aux femmes dans le ménage. Ainsi, chaque femme qui a la possibilité d’exercer un métier, ne va plus demander du sel, ni du gombo. Elle va se débrouiller seule. C’est ce que faisaient nos mamans à l’époque.

Mais avec la modernité, chacun dit, voila, je suis marié, et il revient à mon mari de s’occuper de moi. Je crois que nous devons nous préoccuper de nous-mêmes.

Il faut saisir l’opportunité qu’offre le textile africain aux femmes de Ouagadougou. C’est une aubaine pour se rendre indépendante. En tant qu’élue, nous avons aussi cette mission de redevabilité dans la mesure où les femmes m’ont élue pour les accompagner économiquement.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires