12 avril 2024
spot_img

Mali : Et si les jeunes colonels avaient raison? (Yacouba Ladji Bama)

Un article sur le site de notre confrère Jeune Afrique sur le Mali avec pour titre : Mali : Assami Goita ou la fuite en avant permanente a poussé le journaliste Yacouba Ladji Bama à réagir pour donner son avis. Pour Yacouba Ladji Bama, l’impérialisme français et ses larbins ne démordent pas au Mali.     

Décidément, l’impérialisme français et ses larbins ne démordent pas au Mali. Ils sont toujours à l’œuvre pour venir à bout des jeunes colonels décomplexés qui ont osé dire non à leur politique de vampires.

Ils ne laissent passer aucune occasion pour tenter de diaboliser, de jeter le discrédit sur le régime des jeunes insoumis. Cet article (extrait en photo) du site web de mon confrère Jeune Afrique en est une des nombreuses illustrations.

Pour eux, tous les cris d’orfraies que poussent les jeunes colonels, dénonçant par intermittence des tentatives de déstabilisation ne sont que pures mensonges.

L’argument massue de l’auteur de cet article, pour contrarier les colonels maliens quant à leurs allégations de tentatives de déstabilisation, consiste à dire qu’ils n’ont jamais apporté de preuves de ces tentatives. Cela lui a suffi pour conclure tout de go que ces tentatives n’existent que dans l’imaginaire des jeunes colonels.

Comment peut-on être aussi péremptoire? Une telle démarche est-elle intellectuellement honnête? Absolument non, en mon sens. Je m’explique:

Quand on reproche aux jeunes colonels ne jamais apporter de preuves de ce qu’ils allèguent et on veut les contredire, la moindre des choses est d’apporter la preuve de ce qu’on avance comme contre argument. C’est le strict minimum si on veut être sérieux et rigoureux avec soi-même. Autrement, se contenter de dire que les jeunes colonels mentent, qu’ils n’ont jamais fait l’objet des tentatives de renversement dont ils parlent, parce qu’ils n’en apportent aucune preuve, et ne rien apporter non plus, en retour, comme preuve de ce que ces tentatives n’ont jamais existé, c’est insulter l’intelligence humaine.

Pour ma part, je n’ai aucun élément pour apprécier de la véracité ou non des allégations des jeunes colonels. Mais si je devrais les contredire un jour, à moins de devenir un laxiste notoire, je me donnerai la peine d’apporter des preuves de ce que j’avancerai pour nier ces tentatives. Je ne me permettrai pas d’insulter l’intelligence de ceux qui se donneront la peine de le lire.

De la même manière, je ne peux pas me laisser convaincre par ceux qui crient au mensonge sans en apporter non plus le moindre début de preuve. Surtout que ce ne sont pas les faits qui manquent dans l’Histoire, tant au Mali qu’ailleurs, pour attester de ce que les régimes qui ont osé dire non à l’impérialisme français ont toujours été combattus et renversés dans le sang par cet impérialisme et ses collabos locaux.

Des exemples ? En voici : novembre 1968 ; l’insoumis Modibo Keita a été renversé, après des cris d’orfraie du même genre ; par le despote Moussa Traoré, un collabo de la France impérialiste. Mars 1984 ; l’intraitable Sékou Touré s’en est allé dans des circonstances troubles, après plusieurs cris du même genre, y compris des alertes à l’empoisonnement. Octobre 1987 ; l’insoumis Thomas Sankara a été renversé dans un torrent de sang ; par Blaise Compaoré, un autre collabo de la France impérialiste…

Je peux prolonger cette macabre liste à souhait. Alors, bien instruit par cette Histoire faite de tant de crimes ignobles contre les dirigeants insoumis à la France impérialiste, pourquoi devrait-on refuser de croire aux jeunes colonels maliens au profit de leurs contradicteurs, surtout quand ces derniers n’avancent aucune preuve de leur bonne foi. Il faut avoir, en mon sens, le cerveau à l’envers pour réussir une telle prouesse. Les jeunes colonels, au moins, ont des faits d’histoire qui apportent beaucoup d’eau à leur moulin. Et leurs contradicteurs ? Que dalle !

L’auteur de l’article, comme pour convaincre définitivement de son peu de bonne foi, ose évoquer une prétendue incompétence et une prétendue incapacité des autorités maliennes à juguler les problèmes quotidiens des populations dans un contexte de sanctions de la CEDEAO. Il se refuse de dire que cette situation est la conséquence logique de ces sanctions iniques, cyniques et illégales imposées à un peuple déjà à genoux, bien avant l’arrivée des jeunes colonels.

 Il se refuse de dire que la cour de justice de l’UEMOA a ordonné la suspension de ces sanctions iniques mais qu’elles sont toujours maintenues par des chefs d’états aux ordres, ayant décidé de faire délibérément dans la délinquance.

Bien sûr ces comportements qui sont aux antipodes des règles élémentaires de l’état de droit et de la démocratie dont tous se réclament ne choquent pas du tout notre auteur. Ce qui le préoccupe, c’est la prétendue incompétences des jeunes colonels, dont la popularité ne finit pourtant pas de grimper, tant au sein des populations maliennes qu’au-delà. Rarement des dirigeants, même prétendument élus démocratiquement, n’ont reçu autant de soutien et de reconnaissance populaire sous les tropiques africaines.

C’est à se demander finalement si cette incompétence tant décriée n’est pas une émanation du seul esprit de notre auteur ? Mais aurait-il pu en être autrement ? N’est-ce pas de bonne guerre ? Bien entendu !

Kato !

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER