15 avril 2024
spot_img

Prix de l’excellence dans l’Education au Burkina : L’adresse du Premier ministre Albert Ouédraogo

Le ministère de l’Education nationale a organisé ce 28 juillet 2022, la cérémonie de remise des prix de l’excellence de l’éducation nationale (PExEN). La cérémonie a été présidée par le Premier ministre Albert Ouédraogo, dont nous vous livrons le message.

Au moment où nous célébrons l’excellence dans le système éducatif Burkinabè, je voudrais que nous ayons une pensée pour toutes les victimes du terrorisme et tous ceux qui ont été durement éprouvés par les attaques en observant une minute de silence.

La cérémonie officielle du prix de l’excellence de l’éducation nationale (PExEN), qui nous réunit ce matin me renforce dans ma conviction qu’investir dans l’éducation c‘est actionner ce logiciel de l’ordinateur central qui programme l’avenir des sociétés. Elle se tient dans un contexte marqué par une crise sécuritaire accrue.

Cette activité traduit mon engagement, ma détermination et ceux de l’ensemble du Gouvernement à accompagner le secteur de l’éducation dans sa résilience face aux fléaux qui menacent la paix sociale.

C’est pourquoi nous avons consenti d’énormes efforts par les investissements dans le secteur de l’éducation pour améliorer l’offre éducative mais aussi et surtout améliorer la qualité de l’éducation au Burkina Faso.

Le prix de l’excellence de l’éducation nationale, faut-il le rappeler, vise non seulement la promotion de la qualité et de l’excellence dans le système éducatif burkinabè par la récompense et la motivation de ses principaux acteurs, mais aussi une implication des partenaires de l’éducation dans la recherche d’une meilleure qualité de l’enseignement et du rendement interne et externe du système éducatif.

Distingués invités,

Chères lauréates et chers lauréats,

Mesdames et messieurs,

Le thème retenu cette année « Ensemble, célébrons le mérite pour une école plus résistante », est évocateur à plus d’un titre. Il nous interpelle tous comme nous le disait Napoléon Hill « Le succès dans la vie ne peut pas être atteint si ce n’est à travers un effort coopératif, harmonieux et pacifique. Il ne peut non plus être atteint seul ou indépendamment ».

Je voudrais donc saisir l’heureuse occasion qui m’est offerte pour vous souhaiter la cordiale et chaleureuse bienvenue et rendre un vibrant hommage à la communauté éducative du Burkina Faso.

M’adressant particulièrement aux lauréats qui font notre fierté aujourd’hui, je note que malgré les adversités que traverse notre cher pays en général et le système éducatif en particulier, vous avez fait de brillants résultats. Je voudrais vous adresser mes très vives félicitations pour les brillantes performances qui vous valent cette distinction en ce jour mémorable.

Chers lauréats,

Le prix de l’excellence scolaire est une invite à persévérer dans la conquête du savoir car, dans ce monde, rien de grand ne s’accomplit sans effort. Je vous exhorte alors à faire en sorte que l’école puisse entretenir en vous la quête perpétuelle de la connaissance. Vous avez donc ce devoir de mériter durablement la reconnaissance de la nation et cette nation vous regarde car vous êtes désormais des flambeaux qui ne doivent jamais s’éteindre.

Une vue des lauréats

Comme le disait Albert Einstein : « N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur ». Alors, vous devez également être de véritables modèles pour susciter l’émulation saine et semer les graines de l’excellence, de la performance, de la culture du travail bien fait autour de vous et au sein de la nation. Soyez aussi et surtout de bons citoyens engagés à participer à l’avènement d’un Burkina Faso émergent, radieux, havre de paix, de justice, de solidarité et d’harmonie.

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

La recherche de la qualité dans le monde de l’éducation passe nécessairement par la culture de l’excellence. Il ne s’agit pas pour la politique éducative du Gouvernement, de créer un paradoxe dans l’éducation, en consacrant uniquement tous les efforts à la réussite d’une élite scolaire au détriment de la majorité des élèves et des étudiants. La quête de l’excellence doit être partout dans les classes et dans les amphithéâtres. De ce fait, tout enseignant doit avoir pour ambition de conduire chacun des élèves et des étudiants au plus haut niveau en développant au maximum ses potentialités.

Certes, jamais dans l’histoire, notre pays n’a été confronté à l’exacerbation d’une telle crise sécuritaire. Malgré ces difficultés, l’école a résisté et a pu être conduite à son terme avec l’organisation réussie des examens scolaires dont les résultats nous permettent de tenir la présente journée. Je vous invite donc à jouir pleinement de ces instants de bonheur.

A l’évidence, ces résultats atteints sont le fruit des efforts de femmes, et d’hommes épris du devenir de notre nation. Qu’ils reçoivent la gratitude et la reconnaissance du peuple burkinabè tout entier.

Un enseignant à la retraite ici décoré par le ministre Lionel Bilgo

Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt et des efforts restent à faire. En effet, même si nous sommes confrontés à une crise sécuritaire qui plonge beaucoup de nos compatriotes dans le désarroi, bouleverse les habitudes du vécu quotidien d’un certain nombre de populations de notre pays, l’heure n’est pas de baisser les bras mais de se serrer les coudes pour lutter ensemble et sortir victorieux de cette bataille. C’est pourquoi, l’école qui est le lieu d’éducation des futures générations, l’avenir de notre pays, doit pouvoir résister, surmonter toutes ces difficultés et continuer à assurer l’éducation qu’il faut à ces générations quelle que soit la situation qui se présentera. De ce fait, elle doit être résistante et doit permanemment résister. De continuité dans la résistance, notre avisé écrivain, en charge du secteur de l’Education aujourd’hui, j’ai nommé le  Ministre Lionel BILGO, dans son œuvre « du rêve à l’action. Créons demain », compare la vie à une course de relais dont la victoire est collective, et où, je cite, « il faut courir et transmettre le témoin au prochain » ; avant de s’interroger : « que vaut notre course si nous n’arrivons pas à transmettre le témoin à celui qui l’attend ? ». C’est donc une évidence de résister, de permanemment résister pour assurer la transmission du flambeau.

Le Burkina Faso est comme le roseau quelle que soit la vitesse du vent, il peut se plier mais ne cèdera jamais. Nous refusons le diktat des forces obscurantistes et nous refusons d’enterrer notre avenir car comme le disait JOSEPH KY ZERBO « une société qui renonce à prendre en charge sa jeunesse et à la doter des outils d’une promotion optimale, enterre son propre avenir ».

Honorables invités,

J’ai une pensée forte pour toutes celles et tous ceux qui, malgré les adversités ont abandonné leurs familles et leurs proches, se battent chaque jour pour offrir à notre peuple la sécurité, la paix et offrir la lumière à nos enfants, leviers indispensables du développement.  Je cite entre autres, les Forces de Défense et de Sécurité et les Volontaires pour la Défense de la Patrie, les enseignants, etc. C’est donc avec humilité et consternation que je m’incline devant les corps de toutes celles et de tous ceux qui sont tombés sur les champs de bataille.

Je ne saurai également passer sous silence les nombreux élèves qui n’ont pas pu prendre part à cette session des examens scolaires. Qu’ils reçoivent mes encouragements.

Distingués invités,

Chères lauréates et chers lauréats,

Mesdames et Messieurs

Je ne saurais terminer mon propos, sans réitérer mes remerciements et félicitations à toutes les personnes qui ont accompagné les lauréats dans l’atteinte de ces résultats. Il s’agit de tous les acteurs du système éducatif et notamment les enseignants et naturellement vous les parents. Vous devez continuer à accompagner nos enfants. Vous pouvez être tous très fiers de ces jeunes et de ce que vous avez accompli avec eux, pour eux et pour la Nation burkinabè.

Je fonde donc l’espoir d’une continuité et d’une permanence de ces choix éducatifs et pédagogiques tournés vers la quête de l’excellence pour un Burkina meilleur.

Aux administrateurs et gestionnaires du système éducatif, je leur suis reconnaissant pour la qualité du management réalisé dans un tel contexte de crise sécuritaire pour l’intérêt supérieur de nos enfants, je voudrais vous assurer de mon soutien.

Je souhaite aussi une paix durable à notre chère patrie, le Burkina Faso et j’espère une meilleure reprise des activités pédagogiques à la rentrée scolaire 2022-2023.

Vive l’école burkinabè !

Vive le Prix de l’excellence de l’éducation nationale !

Je vous remercie.

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER