27 novembre 2021
spot_img

Arrestation du maire de l’arrondissement 7 de Bobo : Les raisons selon le Procureur du Faso

Dans le communiqué qui suit, le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso donne les raisons de l’arrestation du maire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso : « stellionat simple, trafic d’influence, délit d’apparence, acceptation de cadeaux indus et blanchiment de capitaux ».

Suite à des dénonciations de personnes désirant garder l’anonymat, faisant état de ce que des individus s’adonnaient depuis un certain temps à des ventes illégales de parcelles à l’arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso, le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso faisait procéder à la vérification du caractère sérieux des faits allégués. Des renseignements reçus, il est ressorti qu’un groupe d’individus dont des autorités communales de l’arrondissement N°7 identifiait dans un premier temps des parcelles fictivement attribuées ou sans attributaire connu, puis persuadait les « acquéreurs » de l’existence d’une opération future de retrait desdites parcelles en vue de les leur réattribuer et percevait auprès de ces « acquéreurs » d’importantes sommes d’argent.

Sur la base de ces renseignements, le Procureur du Faso saisissait par soit-transmis du 29 janvier 2021 le Commissaire central de police de Bobo-Dioulasso aux fins d’ouverture d’une enquête judiciaire.

Les investigations ont abouti à l’arrestation et à la garde-à-vue de trois personnes dont Monsieur Sirima Saferma Herman, Maire de l’arrondissement N°7. Ces personnes ont été déférées le 10 février 2021 et une information judiciaire pour stellionat aggravé, stellionat simple, trafic d’influence, délit d’apparence, acceptation de cadeaux indus et blanchiment de capitaux a été immédiatement ouverte contre elles au cabinet du Juge d’instruction du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des infractions économiques et financières et de la criminalité organisée du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso. Après leur mise en examen pour les infractions suscitées, le Juge d’instruction les a placées en détention provisoire le même jour.

 Tous les Maires ayant la qualité d’officier de police judiciaire aux termes de l’article 241-5 du code de procédure pénale et conformément à la procédure applicable en la matière, une requête a été initiée à l’attention de la Cour de Cassation pour la désignation de la juridiction qui sera chargée de poursuivre la procédure. Mais en attendant cette désignation, le Juge d’instruction saisi continuera les investigations.  

Le Procureur du Faso remercie tous ceux dont le travail de dénonciation a permis d’initier cette procédure et invite par la même occasion toute personne détentrice d’informations relatives à cette affaire ou à toute autre infraction économique et financière à les porter à sa connaissance ou à celle d’une unité de police judiciaire. 

Bobo-Dioulasso, le 18 février 2021

Le Procureur du Faso

Roger-andré ZOUGROUANA

Articles Connexes

Manifestations du 27 novembre au Burkina : « Libérez le fauteuil », scandent...

0
Plusieurs manifestants ont scandé dans les rues de Ouagadougou « Libérez Kosyam, libérez le fauteuil », le 27 novembre 2021, suite à l’appel à manifester lancé...

Situation nationale : Le SPONG invite le gouvernement à des actions énergiques et salvatrices

0
Ceci est une déclaration du Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG), faitière des ONG, associations et fondations, premier collectif des ONG au Burkina...

Assemblée nationale : Une séance plénière consacrée aux questions orales au gouvernement sur la...

0
L’Assemblée nationale a auditionné le 26 novembre 2021, le gouvernement sur la situation sécuritaire au Burkina Faso. Une situation en nette dégradation  avec l’attaque...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires