21 octobre 2021
spot_img

Augmentation des prix des hydrocarbures : Les Burkinabè entre colère et incompréhension

Le gouvernement burkinabè a décidé de l’augmentation des prix des hydrocarbures à partir du mardi 23 mars 2021. Sont concernés l’essence, le gasoil, le pétrole et le gaz butane. Dans un micro-trottoir réalisé par www.infoh24.info, les avis des Burkinabè sont divisés sur la question. Si certains trouvent cette mesure inopportune due notamment à la situation économique difficile, d’autres la trouvent raisonnable.

Les prix des hydrocarbures vont connaitre une augmentation à partir de ce mardi 23 mars 2021 sur toute l’étendue du territoire du Burkina Faso. Cela fait suite à un décret du ministre de l’industrie, du commerce. Il s’agit notamment de l’augmentation de 10 FCFA par litre pour les prix des produits comme l’essence, du gasoil et le pétrole. La recharge de la bouteille de gaz de 12,5 kg connaitra une augmentation de 500 FCFA.

Une décision diversement appréciée par les Burkinabè interrogés par InfoH24. En effet certaines personnes estiment que cette mesure est inopportune car la situation économique est déjà délétère marquée par les conséquences de la pandémie du coronavirus. D’autres personnes, au contraire trouvent que cette décision raisonnable car elle résulte de la loi du marché international.

Pour Florence Soulama, cette augmentation n’arrange pas les populations et il faudrait revoir cette décision. « C’est pas le moment d’augmenter les prix des hydrocarbures car cela joue sur le niveau de la vie et les dépenses s’augmentent. La vie est chère notamment à Ouagadougou. Ce n’est pas simple pour nous et le gouvernement doit nous comprendre », se plaint-elle.

Florence Soulama s’exprimant sur l »augmentation des prix des hydrocarbures, @InfoH24

Selon Romaric Pemou, superviseur à la charge de la station Shell de la Cité An III de Ouagadougou, l’augmentation de ces prix notamment ceux du carburant résulte de la rareté de ces  produits suite à la crise mondiale liée au coronavirus. Pour lui, cette décision vient au mauvais moment marqué par une forte chaleur et une situation économique difficile. « Vous savez que c’est la période de chaleur, le moment de carême et surtout la situation économique difficile due au covid19 qui nous a carrément handicapé. Et rien que la semaine dernière, la ligue de consommateurs était montée au créneau contre l’augmentation des prix des produits de première nécessité. Et voilà qu’ils augmentent, nous ne comprenons rien », regrette-t-il Romaric Pemou dit ne pas comprendre également l’augmentation du prix du gaz sur la seule bouteille de 12,5 kg. « On n’a pas touché aux bouteilles de 3kg, de 6kg et celles qui dépassent les 12,5 kg. Pourquoi c’est uniquement les bouteilles de 12,5 kg qui sont concernées ? », S’interroge-t-il. Il espère que cette situation ne va pas pousser les Burkinabè à se ruer de nouveau vers l’utilisation du bois et du charbon de bois au risque de contribuer à la désertification et plus tard au changement climatique.

Romaric Pemou, superviseur à la station Shell de la cité AN III, @InfoH24

De son côté, Fayçal Nayété trouve cette mesure compréhensible car dit-il, cela résulte de la montée des cours des hydrocarbures au plan international. « Personnellement cette décision ne me gêne pas car la crise est mondiale notamment à cause du covi19. Nous n’avons pas le choix d’autant plus que le Burkina Faso ne produit pas de pétrole et devrait donc importer tous ces produits. Cette décision est plus ou moins compréhensible », a-t-il déclaré.

Articles Connexes

Eliminatoires CAN Féminine 2022 : Les Etalons dames battent le Bénin par...

0
Les Etalons dames ont battu leurs homologues du Bénin ce mercredi 20 octobre 2021 par 2-1 comptant pour les éliminatoires de la CAN féminine Maroc 2022.

Mali : La transition désavoue Macron, en décidant de négocier avec les Djihadistes

0
Au Mali, les autorités de la transition ont donné quitus  au Haut Conseil Islamique pour négocier avec les chefs terroristes. L’option de négocier avec...

Urgence alimentaire et nutritionnelle dans la région d’Afrique de l’Ouest : La France et...

0
Alors que les conflits et la hausse des prix des denrées continuent de fragiliser la situation de la sécurité alimentaire dans la région d’Afrique...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires