24 mai 2024
spot_img

Braquages à Ouagadougou : 5 délinquants aux arrêts

Le commissariat de police de Ouaga 2000 à travers sa brigade de recherches a mis fin aux actes d’un réseau de délinquant spécialisé dans les vols à main armée. C’est l’annonce faite à la presse ce lundi 26 avril 2021 à Ouagadougou par le commissaire principal de police Daouda Ouédraogo. Ce réseau opérait aux alentours du monument des martyrs, du palais des sports de Ouaga 2000 et dans la zone de Balkuy.

Un pistolet automatique 9 millimètres de marque Taurus utilisés lors des opérations, six vélomoteurs, quatre pneus, 16 téléphones portables, trois cartes nationales d’identité, une somme de 130.000 FCFA, un portail d’une valeur de 400 000 F CFA , une voiture de marque TOYOTA modèle Auris, un pantalon treillis et une chaussure de type militaire. Tel est le butin saisi par le commissariat de police de Ouaga 2000 suite à une perquisition effectuée dans le cadre de l’enquête.

Le butin saisi par le commissariat de police de Ouaga 2000©infoh24

Tout est parti de l’enregistrement de plusieurs victimes de vols à main armées par nos services de décembre 2020 à avril 2021. C’est ainsi que dans la nuit du 09 au 10 avril 2021 deux individus ont été interpelés alors qu’ils venaient d’agresser au moyen d’une arme à feu un homme en compagnie de son amie. Suite à cette agression, deux membres de la bande ont été interpellés. Et grâce au dispositif mis en œuvre,  le commissariat de police de Ouaga 2000 à travers sa brigade de recherches a remonté jusqu’à la source pour mettre ce réseau hors d’état de nuire.

Opérant entre 19 heures et 01 heures du matin  aux alentours du monument des martyrs, du palais des sports de Ouaga 2000 et dans la zone de Balkuy, le mode opératoire était le suivant, un éclaireur procède à la recherche des cibles. Une fois un couple aperçu, une équipe de deux à trois malfrats après avoir reçu un appel marquant l’alerte de la proie trouvée, se déplace sur les lieux.

Le matériel utilisé par les malfrats©infoh24

Arrivés, ces derniers encerclant les victimes se présentent comme gendarmes ou policiers.  Faisant alors usage de leur téléphone portable, ces derniers prennent des images des victimes avec les différents documents d’identité, numéro d’immatriculation des véhicules. Après quoi, les malfrats exigent de leurs victimes des objets de valeur et de fortes sommes d’argent par transfert d’argent sur un compte mobil money.

Ces cinq délinquants dépouillaient leurs victimes, majoritairement des « couples » qui s’adonnaient à des attouchements et/ou relations intimes, dans les milieux cités, sous menace de chantage. « Du 1er janvier 2021 au 08 avril 2021, les membres de la bande ont reçu comme dépôt une somme d’environ 12 millions FCFA de la part des victimes » a indiqué le commissaire de police du commissariat de police de Ouaga 2000, Daouda Ouedraogo.

L’équipe du commissariat de police de Ouaga 2000©infoh24

Ceux qui refusaient de s’exécuter faisaient l’objet d’un chantage sur la base des images des victimes prises. Certaines victimes aussi ont été violentées par ces derniers. En plus du chantage orchestré par le groupe, ils procédaient de même à des cambriolages de boutiques, de maisons. Avec cette bande, ce sont plus d’une soixantaine de personnes qui ont été victimes de braquages. Les biens emportés étaient essentiellement des sommes d’argent en liquide et des motos.

En croire le commissaire de police du commissariat de police de Ouaga 2000, Daouda Ouédraogo, certains membres du réseau sont des délinquants récidivistes qui ont déjà fait la MACO. Au cours de cette rencontre avec la presse, certaines victimes ont pu entrer en possession de leurs biens. Le commissaire a profité de l’occasion pour inviter et interpeller les citoyens à plus de vigilance et demander les documents d’identité lorsqu’on est interpellé par une personne se disant être de la police.

Le commissaire de police du commissariat de police de Ouaga 2000, Daouda Ouédraogo©infoh24

Au total le groupe était composé de neuf membres, dont cinq ont été mis aux arrêts. Les quatre autres sont toujours en cavale. Profitant de cette rencontre, le commissaire de police du commissariat de police de Ouaga 2000, Daouda Ouédraogo a lancé un appel aux usagers de faire les dénonciations aux numéros verts suivants, le 17, le 16 et le 1010.

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER