18 septembre 2021
spot_img

Fonds minier de développement local : Les acteurs en quête de solutions efficientes et durables

Le Ministre délégué auprès du ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, chargé des Mines et des Carrières, Aime Zongo a ouvert ce lundi 10 mai 2021 à Ouagadougou, les travaux de l’atelier d’échange sur la mise en œuvre du fonds minier du développement local (FMDL). C’était en présence des ministres de la Communication et des relation avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement, Ousséni Tambora, de l’Energie, des mines et des carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo et de l’Environnement et de l’économie verte, Siméon Sawadogo.

Organisée par la chambre des mines en partenariat avec le ministère en charge des mines et le Laboratoire Citoyennetés, cette rencontre se veut un cadre d’échanges entre les acteurs sur le bilan de la mise en œuvre du FMDL, d’identification les difficultés et de proposer des pistes de solution en vue de relever les défis rencontrés par les acteurs.

Le fonds FMDL a pour objet de promouvoir et accompagner le développement des collectivités territoriales burkinabé en général et celles impactées par l’exploitation minière en particulier. A près quelques années de mise en oeuvre, la chambre des mines, en partenariat avec le ministère en charge des mines et le Laboratoire Citoyennetés a réuni plusieurs acteurs notamment des maires des communes minières, des hauts-commissaires, des présidents de conseils régionaux et des représentants des organisations de la société civile pour échanger les apports du Fonds.

 

Des participants à cette rencontre d’échange ©infoh24

Il s’agira, au cours des deux jours échanges (10 et 11 mai) d’informer les acteurs sur les textes régissant le FMDL, de rappeler les rôles et les responsabilités de chaque acteur dans l’atteinte des objectifs, les difficultés rencontrées et les leçons apprises de la mise en œuvre du Fonds, de partager les meilleures pratiques et proposer des pistes de solutions aux blocages constatés sur le terrain.

Le secteur minier burkinabé compte 17 mines industrielles et 26 carrières de substances utiles en exploitation. 60, 75 tonnes d’or ont été produites en 2020 contre 50 tonnes en 2019 soit une hausse de 20%, à cela s’ajoute une production de 166 596 tonnes de concentré de zinc. Avec cette production, les recettes totales d’exportations s’élevaient en 2020 à 1928 milliards de F CFA. « Pour nous acteurs privés du secteur minier, réunis au sein de la chambre des mines du Burkina, cette rencontre de concertation entre dans le cadre de notre engagement à créer les conditions pour une meilleure contribution de l’exploitation minière au développement socioéconomique du Burkina Faso » a déclaré le Président de la Chambre des Mines du Burkina, René Tidiane Barry.

Le Président de la Chambre des Mines du Burkina, René Tidiane Barry ©infoh24

Ce secteur contribue au budget de l’État à hauteur de 322 milliards de F CFA, représentant 15% de ses recettes. Malgré ces performances, les populations des zones minières ne cessent d’interpeller l’État concernant la détérioration de leurs conditions de vie. D’où la mise en œuvre par l’État du fonds minier de développement local. Ainsi ce fonds, le gouvernement burkinabè s’attendait au renforcement des liens entre les sociétés minières, les collectivités territoriales et les populations. De 2017 à 2020, plus de 70 milliards de F CFA ont été répartis entre toutes les collectivités du Burkina Faso.

Cependant de nombreuses difficultés ont jalonné le processus notamment la question de la liste des projets éligibles au financement du Fonds, la faible capacité d’absorption de certaines collectivités, l’insuffisance des budgets de fonctionnement des collectivités locales et la nécessité de réviser les plans communaux et régionaux de développement pour prendre en compte les ressources du fonds. « Si la création du fonds minier de développement local a été une réforme unanimement saluée parce que porteuse d’espoir, son opérationnalisation dans toutes les communes minières, sa gestion performante et optimale demeurent des défis auxquels il convient d’apporter des solutions concertées et durables. Pour notre part, nous souhaitons mettre le doigt juste sur des conditions essentielles à remplir et qui constituent d’ailleurs la raison d’être du Laboratoire Citoyennetés » a souligné le président dudit Laboratoire, Raogo Antoine Sawadogo.

    

Le président du Laboratoire Citoyennetés, Raogo Antoine Sawadogo ©infoh24

Et face à ces difficultés, la rencontre d’échange va permettre aux acteurs d’appréhender et de cerner le mécanisme sur comment utiliser ces ressources pour améliorer le quotidien des communautés impactées par l’exploitation minière et partant de la communauté nationale.  

Photo de famille du présidium ©infoh24

Les recommandations de cette rencontre vont permettre d’avoir des réponses pour améliorer l’utilisation du FMDL. « Cette rencontre va nous permettre d’avoir des statistiques pour savoir combien de kilomètres de routes nous avons pu construire. Combien d’écoles, de centres de santé, de forages, ce qui permettra de cerner ce qui a été fait avec ce fonds afin d’améliorer certains  aspects. Tout l’argent que nous avons engrangé ne doit pas être dilapidé mais investi de façon intelligente afin que ces investissements produisent de façon durable » a indiqué, le ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo, présent à la cérémonie d’ouverture de l’atelier.

Le ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, Bachir Ismaël Ouédraogo ©infoh24

La deuxième journée sera consacrée à des échanges entre les chefs des départements ministériels concernés par la mise en oeuvre du FMDL et les acteurs (nous y reviendrons).

En rappel, depuis l’opérationnalisation de ce fonds en 2017, une cinquantaine de milliards a été répartie entre les 351 communes et les 13 conseils régionaux du Burkina Faso.             

Articles Connexes

Gestion des archives au Burkina : L’ENAM renforces les connaissances pratiques de ses élèves...

0
L’École nationale d'administration et de magistrature (ENAM) en collaboration avec l’Association Archives sans Frontière basée en France a initié un projet dénommé « Chantier Ecole »...

Putsch manqué de 2015 : L’Unité d’action syndicale invite à la mobilisation pour...

0
Dans le cadre de la commémoration du putsch manqué de septembre 2015 à travers cette déclaration, L'Unité d'Action Syndicale (UAS) appelle les travailleurs à se mobiliser pour la défenses des acquis sociaux, car pour elle, cela doit être un moment d’introspection des travailleurs afin de s’inspirer de cette victoire historique acquise dans l’unité.

Coopération parlementaire : Le Centre parlementaire canadien fait le point de ses actions au...

0
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a accordé une audience à une délégation du Centre parlementaire canadien, conduite par son président Tom Cormier ce 16 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires