23 juin 2021

Génocide Rwandais : Le Rapport Duclert enfonce la France

Articles Connexes

Lutte contre le terrorisme : « Si nous constatons toujours cette dégradation de la sécurité, un convoi partira de la place de la nation...

Le mouvement pour la résistance populaire (MRP) a animé ce mardi 22 juin 2021 à Ouagadougou une conférence de...

Coupes interclubs de la CAF 2021-2022 : Les compétitions débutent en septembre

Pour la nouvelle saison interclub qui va bientôt débuter la confédération Africaine de Football (CAF) a procédé à la publication des dates des compétitions interclubs à savoir la Champion’s League Total et la Coupe de la Confédération.

Assemblée nationale : Les députés en session extraordinaire pour l’examen de 3 dossiers majeurs

L'hémicycle est en session extraordinaire à compter du 21 juin 2021. L'Ouverture officielle de la première session extraordinaire de l'année 2021 a été présidée par Alassane Bala Sakandé, président de l'institution.

Syndicat : Les contrôleurs et inspecteurs du travail dénoncent les violations des libertés fondamentales

Les membres du syndicat national des contrôleurs et inspecteurs du travail étaient devant la presse ce 22 juin 2021, à Ouagadougou. Objectif, dénoncer la violation des libertés syndicales.

Burkina Faso : Les prévenus pour fraude fiscale condamnés à 5 ans de prison et 3 millions FCFA d’amende chacun

Le procès portant fraude fiscale sur un montant de plus de 16 milliards de nos francs a rendu son verdict ce mardi 22 juin 2021 au tribunal de grande instance Ouaga I

L’équipe d’historiens dirigée par Vincent Duclert sur la politique française au Rwanda entre 1990 et 1994 a remis un rapport au président de la république française Emmanuel Macron. Ce rapport pointe du doigt « les responsabilités lourdes et accablantes » de la France dans la tragédie rwandaise.

Le rapport commandité par Emmanuel Macron à l’équipe des 14 historiens conduits par Vincent Duclert est tombé. Ce document «explosif» a levé un coin du voile sur la responsabilité ou la culpabilité de la France au Rwanda dans le massacre de la minorité Tutsi d’avril à juillet 1994. Vincent Duclert et ses collègues n’ont pas épargné François Mitterrand, alors aux commandes de la toute puissante France, et qui entretenait une relation directe et personnelle avec son homologue rwandais Juvénal Habyarimana.

«Responsabilité et non complicité», telle est la précision de taille que mentionne le document, auquel un des responsables français de l’époque, Hubert Vedrine, fait échos en saluant un «rapport honnête », mais pointant des erreurs factuelles et chronologiques. Concernant ce rapport, sur RFI, François Graner, membre de l’association Survie, co-auteur du livre L’État français et le génocide des Tutsis (Éd. Agone, 2020) reconnaît le travail important de recherche dans les archives. Mais pour lui, le rapport ne fait pas de grande révélation. Il attend toujours que la justice puisse enquêter en profondeur sur le sujet.

Malgré les multiples tentatives de ces prédécesseurs, il a fallu attendre 2019 avec le président Macron pour voir par  la création de cette commission Duclert pour que la France se penche encore sur l’implication réelle ou supposée de ses autorités politiques et militaires dans cette tragédie rwandaise.

Si dans ce rapport, les conclusions sont évasives concernant l’association de la  France à l’entreprise génocidaire, il a cependant pointé du doigt l’attitude des autorités françaises qui ont explicitement fermé les yeux sur les prémisses du génocide. Mieux, la commission a noté aussi la responsabilité du président François Mitterrand au régime en place d’alors malgré les diverses alertes lancées sur la radicalisation d’une partie du régime hutu. Ce qui nous permet de dire que la responsabilité de la France est engagée parce qu’elle n’a pas voulu prévenir le génocide.

Cependant, elle n’a pas été complice des tueries de masse perpétrées pendant les cinq mois de tragédie. Et pour certains analystes, la production de ce rapport est un pas de franchi dans la recherche de la vérité sur les crimes commis au Rwanda. Elle peut  servir de déclic pour réchauffer les relations entre les deux pays en froid depuis un bon moment.

Il reste à savoir si ce document suffira à satisfaire totalement les autorités rwandaises qui souvent ont apprécié la volonté affichée du président Emmanuel Macron à rompre avec les veilles méthodes du passé. Les mois à venir nous situerons si ce nouveau rapport permettra aux deux pays de décrisper la situation.

- Advertisement -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -
- Advertisement -
- Advertisement -

A la Une

Lutte contre le terrorisme : « Si nous constatons toujours cette dégradation de la sécurité, un convoi partira de la place de la nation...

Le mouvement pour la résistance populaire (MRP) a animé ce mardi 22 juin 2021 à Ouagadougou une conférence de...

Assemblée nationale : Les députés en session extraordinaire pour l’examen de 3 dossiers majeurs

L'hémicycle est en session extraordinaire à compter du 21 juin 2021. L'Ouverture officielle de la première session extraordinaire de l'année 2021 a été présidée par Alassane Bala Sakandé, président de l'institution.

Syndicat : Les contrôleurs et inspecteurs du travail dénoncent les violations des libertés fondamentales

Les membres du syndicat national des contrôleurs et inspecteurs du travail étaient devant la presse ce 22 juin 2021, à Ouagadougou. Objectif, dénoncer la violation des libertés syndicales.

Burkina Faso : Les prévenus pour fraude fiscale condamnés à 5 ans de prison et 3 millions FCFA d’amende chacun

Le procès portant fraude fiscale sur un montant de plus de 16 milliards de nos francs a rendu son verdict ce mardi 22 juin 2021 au tribunal de grande instance Ouaga I
- Advertisement -

Plus d'articles

- Advertisement -
error: Le contenu est protégé !!