25 juillet 2021
spot_img

Maquis des Sciences : Les cultures fruitières face au changement climatique au centre des inquiétudes

Articles Connexes

L’institut de recherche pour le développement (IRD) en collaboration avec ses partenaires a tenu le mercredi 20 janvier 2021 à l’institut français de Ouagadougou son traditionnel débat dénommé maquis des sciences. Ce 72e maquis des sciences avait pour thème « les cultures fruitières face au changement climatique : état des lieux et défis ». Tour à tour, les cinq panélistes ont échangé sur le développement des ravageurs au niveau de la production fruitière au Burkina Faso. Selon les chercheurs, le risque d’une catastrophe est inévitable, si on n’agit pas dès maintenant concernant cette culture fruitière.

Leviers puissants de lutte contre la pauvreté, les cultures fruitières assurent la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso et dans la sous-région. Et le cas de la mangue a été développé au cours des échanges. Ce fruit qui représente à lui seul plus de 60% de la production fruitière nationale est confronté à plusieurs menaces notamment, l’érosion des sols, les ravageurs et les diverses maladies liées aux aléas du changement climatique.

En effet, sur le cas de la mangue, les panélistes ont pointé du doigt les facteurs qui menacent ce fruit comme les ravageurs des fruits. Cet insecte, pour son alimentation et pour sa reproduction, affecte la qualité nutritionnelle et la valeur marchande de la mangue. Il s’agit de la mouche de fruits. Ce ravageur constitue une grosse menace de la culture fruitière.

Le présidium au cours des échanges ©InfoH24

Chez la mangue, il provoque le dessèchement de l’arbre conduisant ainsi à la mort de cet arbre. Il  représente un danger pour la filière mangue car une mangue piquée par la mouche de fruits est une mangue perdue.

Pour le Dr Issaka Zida, « à l’issue de leur investigation, il se trouve que par exemple en saison pluvieuse, sur certaines variétés de mangues comme les variétés proust et keitt, les dégâts des mouches de fruits peuvent atteindre 100%. L’étude a également montré que le cycle de développement du ravageur est fortement influencé par les facteurs climatiques comme la température et la pluviométrie ».

Maquis des Sciences : Les cultures fruitières face au changement climatique au centre des inquiétudes
Le directeur de recherche Entomologiste Souleymane Nacro ©InfoH24

En plus de cet insecte ravageur, il y a aussi des maladies comme le dessèchement du manguier. Au stade final de l’évolution du manguier, la maladie se caractérise par un dessèchement partiel ou total de l’arbre. Et selon le Dr Oumarou Dianda, « c’est en 2015 qu’ils ont constaté l’explosion de ce phénomène dans les provinces telles que la Sissili et le Nahouri. Des vergers ont été totalement dévastés ».

Face cette à grande menace qui pèse sur la production du pays, « si rien n’est fait de façon conséquente concernant cette maladie qui entraine le dessèchement du manguier, d’ici quelques années, on risque de ne plus pouvoir produire des manguiers » a indiqué le directeur de recherche Entomologiste Souleymane Nacro.

            Des solutions proposées pour éviter le pire d’ici quelques années

Pour essayer de résoudre cette situation, plusieurs actions ont été développées à en croire le Dr Issaka Zida. En lien avec l’agroécologie, ils ont essayé au niveau de leur laboratoire de développer des outils dont l’accès est facile à tout le monde. Pour lutter contre les mouches de fruits, ils ont récupéré des bidons d’eau en y mettant un système d’attraction qui attire la mouche et des biopesticides qui sont accessibles à tous les planteurs. Ils ont trouvé au cours des études,  des ennemis naturels comme les parasitoïdes et les prédateurs.

De ces prédateurs, on peut citer les fourmis rouges. Ces fourmis rouges luttent contre les mouches de fruits mais ils ont besoin d’être conservés. Chose que certains planteurs ignorent. Il faudra également sensibiliser les producteurs sur le danger des ravageurs.

Pour le directeur de recherche Entomologiste Souleymane Nacro, « il est urgent que l’état travaille à accroitre les moyens de la recherche ». Par exemple, dans le secteur de la filière fruitière, il propose à l’Etat de mettre en place, un fonds qui va permettre de former les producteurs et aux chercheurs de développer des nouvelles variétés. 

Les chercheurs interpellent les autorités notamment le ministère en charge de l’agriculture et celui du commerce à fédérer leurs synergies pour sauver la filière à travers des actes concrets sur le terrain. Sinon, le pire est à craindre pour cette filière qui contribue énormément à lutter contre la pauvreté et à assurer la sécurité alimentaire.

O.I.

- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
spot_img

A la Une

Université Thomas Sankara : Une nouvelle promotion de gestionnaire à la quête de l’emploi

La joie était vibrante à l'université Thomas Sankara, ce vendredi 23 juillet 2021. Des jeunes filles et garçons, de bleu vêtu, ont marqué leur passage. En effet, plusieurs dizaines d'étudiants en formation en sciences économiques et de gestion, ont marqué une autre étape dans leur cursus scolaire avec la fin de leur formation académique.

50ème promotion de l’École nationale de police : 639 agents déterminés à servir avec loyauté et intégrité

Placée sous la présidence du ministre d’État, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Pengdwendé Clément Sawadogo Clément...

Incendie au cabinet Farama et Associés : La Coalition Syndicale exprime sa solidarité

Suite à l’incendie qui s’est déclaré au Cabinet de Maître FARAMA et associés, le samedi 17 juillet 2021, la coalition syndicale à travers cette déclaration exprime sa solidarité

Burkina Faso: La BRAKINA offre 10 métiers à tisser larges bandes aux associations de tisseuses

La société BRAKINA SA a procédé ce vendredi 23 juillet 2021 à une remise de don au ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Ce don est composé de 10 métiers à tisser larges bandes sous forme de subvention.
- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img