23 septembre 2021
spot_img

Réformes de la fonction publique : Des secrétaires s’insurgent contre le saccage de leur carrière

Le syndicat national des secrétaires du Burkina Faso (SYNASEB) a animé ce mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou un point de presse pour dénoncer le traitement méprisant du gouvernement à leur égard dans le cadre des réformes de la fonction publique. Devant la presse, le syndicat national des secrétaires du Burkina Faso (SYNASEB) s’insurge contre le saccage de leur carrière. Pour le syndicat, le processus d’élaboration du Répertoire interministériel des métiers (RIME) de l’État entamé en 2017 en vue d’une meilleure gestion des carrières est plutôt un saccage.

Depuis le 2 mars 2017, le gouvernement du Burkina, à travers le ministère de la Fonction publique, a entamé un processus d’élaboration du Répertoire Interministériel des Métiers de l’État (RIME). Ceci, dans le but d’une meilleure gestion des carrières des agents. Mais selon le SYNASEB, en ce qui concerne le statut particulier du métier « structurant » dont les secrétaires font partie, ce n’est ni plus ni moins qu’un saccage de carrière.

En effet, selon le syndicat, l’emploi d’attaché de direction, catégorie A, a été supprimé sans aucune explication. Et le syndicat dénonce ce laxisme des autorités. Pourtant, leurs revendications sont bien plus axées sur la question de carrière que sur celle pécuniaire. « Saccage parce que l’emploi attaché de direction, catégorie “A” du secrétariat a été supprimé sans explication et sans prévoir dans quelles catégories seront reversées ceux exerçant cet emploi. Les secrétaires des catégories C et B se trouvent dans un désarroi total » a souligné le secrétaire général du SYNASEB, Bourama Ouattara.

 

Des journalistes à la rencontre du SYNASEB ©infoh24

Pour lui, cet état de fait, les met dans une situation où ils ne savent pas s’ils peuvent postuler aux concours professionnels de 2021 et dans quels emplois. A en croire le syndicat, au niveau du dialogue social, le syndicat a révélé que maintes fois, des audiences ont été sollicitées au département en charge de la fonction publique, mais sans suite.

Au regard de cette situation et face au mutisme du ministère en charge de la fonction publique, le syndicat national des secrétaires du Burkina Faso exige du gouvernement la poursuite sans conditions des négociations afin qu’il soit imprégné des tenants et aboutissants de ces réformes.

Le secrétaire général du SYNASEB, Bourama Ouattara ©infoh24

le syndicat souhaite que la possibilité soit donnée aux secrétaires des catégories C et B de postuler aux emplois de leurs choix sans les principes de diplôme ni de quota car l’admission à un concours professionnel se fait sur la base du mérite. Il en de même du reversement des attachés de direction dans des emplois à leur convenance et l’instauration d’un dialogue franc, sincère entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

En tout état de cause, le SYNASEB promet se donnera tous les moyens qu’il faut pour atteindre ses objectifs et le gouvernement endossera l’entière responsabilité de la dégradation du climat social.   

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires