23 septembre 2021
spot_img

Société : Des jeunes outillés sur les notions de l’entrepreneuriat et de l’auto-emploi

La fédération des jeunes entrepreneurs du Faso (FJEF) a organisé ce samedi 10 avril 2021 un colloque sur l’entrepreneuriat afin d’inciter des jeunes à s’y lancer et lutter contre le chômage chronique des jeunes. Des dizaines de participants sont venus écouter les experts et les devanciers dans le domaine de l’entrepreneuriat.

Placé sous le thème ‘’Entrepreneuriat des jeunes, quelles perspectives dans un contexte d’insécurité et de covid19’’, ce colloque national  se veut être une occasion de partages d’expériences et d’invite aux jeunes à s’intéresser à l’entrepreneuriat.

Des panels seront animés par des personnes de ressources autour du thème principal pour permettre à ces jeunes d’être mieux outiller en matière d’entrepreneuriat qui selon les initiateurs nécessite une confiance en soi, de persévérance, etc.

Pour Gérard Goussa, président de la FJEF, ce colloque vise à trouver des voies et moyens pour l’accompagnement des projets des jeunes qui aspirent à entreprendre. « Nous avons décidé d’organiser ce colloque national pour permettre à ces jeunes porteurs de projets, aux associations de jeunes de nouer des relations afin de trouver des solutions aux difficultés rencontrées » a-t-il souligné.

Mahamadou Ouédraogo, représentant du ministre de la jeunesse @InfoH24

Gérard Goussa et ses camarades espèrent à l’issue de ce colloque avoir les financements nécessaires pour réaliser un projet d’incubation. Ce projet dénommé ‘’Pôle Incubateur Songré (PIS)’’ accompagnera des projets des jeunes. Il y a aussi le projet de production de bananes dans le Mouhoun dont l’objectif est de résorber le taux de chômage dans la région.

Jacob Ouédraogo, ambassadeur du Burkina Faso au Sénégal et patron du colloque @InfoH24

Mahamadou Ouédraogo, le représentant du ministre de la jeunesse, de la promotion de l’entrepreneuriat a loué cette initiative. « Ce que nous avons à dire à ces jeunes entrepreneurs, c’est qu’au Burkina Faso, on a beaucoup de diplômés qui chôment. La seule alternative actuellement, c’est l’entrepreneuriat, l’auto-emploi. Et pour ce faire, il faut avoir des bases solides notamment les formations qui permettent de développer l’esprit de créativité, de mûrir les différentes idées. Ce colloque va leur permettre d’échanger, de réfléchir et de trouver des solutions idoines pour la promotion de l’entrepreneuriat au Burkina Faso », déclare-t-il.

Les participants à ce colloque national sur l’entrepreneuriat des jeunes @InfoH24

De son côté, Jacob Ouédraogo ambassadeur plénipotentiaire du Burkina Faso au Sénégal et patron de ce colloque national sur l’entrepreneuriat a félicité les organisateurs notamment la FJEF et les encourage à poursuivre dans cette lancée. « C’est une occasion pour les jeunes de se retrouver, de fédérer leurs énergies et leurs capacités de réflexion dans le domaine de l’entrepreneuriat. Il y a des jeunes qui sont ambitieux, qui ont le savoir-faire, l’expertise et la capacité de transférer ces connaissances. Nous sommes conscients que c’est par l’entrepreneuriat qu’on peut créer davantage d’emplois pour les jeunes. C’est pourquoi nous avons décidé de les accompagner » explique Jacob Ouédraogo.

Articles Connexes

Fourniture de services miniers : Les entreprises exploitantes devront désormais travailler avec les sociétés...

0
Le conseil des ministres de ce 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous-traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la liste des biens et services assortis de quotas à respecter.

Extrémisme violent : « Certains burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres...

0
Dans cette déclaration dont l’InfoH24.info a obtenu copie, l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) constate qu’ « à travers des éléments audio et/ou vidéo et sur des bases souvent erronées, certains Burkinabè se livrent à de violentes diatribes contre d’autres Burkinabè appartenant à d’autres dénominations (d’une même confession religieuse) ou à d’autres communautés religieuses ». Voici l’intégralité de la déclaration.

2e Congrès extraordinaire du MPP : « Le dynamisme d’un parti, c’est les luttes...

0
A quelques jours de l’ouverture du 2e Congrès du mouvement du peuple pour le progrès (24 au 26 Septembre 2021), Dr Bindi Ouoba, cadre dudit parti, donne son regard, dans cette interview accordée à L’InfoH24.info, ce 22 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires