18 septembre 2021
spot_img

Zéphirin Diabré au ministère de la Réconciliation nationale : Les avis divergent à l’Université Norbert Zongo de Koudougou

Le jeudi 14 janvier 2021, l’ex-chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, a été installé dans ses nouvelles fonctions de ministre d’Etat, ministre de la Réconciliation nationale. Une nomination qui défraie la chronique aussi bien sur sa personne et ses fonctions précédentes que sur le poste auquel il a été nommé. Les acteurs de l’université Norbert Zongo de Koudougou ont chacun sa vision sur l’homme et son ministère ! Lisez plutôt !

Au regard de sa position durant le premier mandat de président Roch Marc Christian Kaboré entant que chef de file de l’opposition politique, une partie de l’opinion est arrivée à se demander si Zéphirin Diabré est la personne idéale pour occuper ce poste.

Selon Maxime B. Idogo, chef de la scolarité de l’UFR/ST de l’université Norbert Zongo de Koudougou, la nomination est véritablement une bonne chose. Pour lui, « c’est une bonne vision quitte à ce qu’il puisse se donner entièrement à la tâche qui lui est confiée afin de réussir sa mission ; sinon ça ne sera pas facile parce que la construction de notre pays a besoin du concours de tous les fils et de toutes les filles de ce pays. Si le président Roch trouve que Zéphirin Diabré est la personne idéale pour aider à la cohésion sociale, et à la réconciliation et lui a fait appel, je trouve que c’est une bonne chose », affirme-t-il.

« C’est une bonne vision quitte à ce qu’il puisse se donner entièrement à la tâche » confie Maxime Idogo ©InfoH24

Sara Djamilatou Traoré, étudiante en LM1 embouche la même trompette. Pour elle, même s’il y a des intentions cachées de la part de Zéphirin Diabré, ça reste tout de même un bon début pour le bien être du Burkina Faso. « Quoi qu’il en soit, c’est pour le développement de notre pays », dit-elle.

« Quoi qu’il en soit, c’est pour le développement de notre pays » dixit Sara Djamilatou Traoré, étudiante en LM1 ©InfoH24

Même son de cloche avec Abdoul Karim Savadogo, agent au service financier de l’UFR/ST. « C’est peut-être qu’il s’est senti trahi par le peuple burkinabè. Il croyait vraiment qu’il pouvait faire mouche aux élections et à sa grande surprise ça n’a pas été le cas. Tout compte fait, que tu sois de l’opposition ou pas, si on t’appelle à rendre service à la Nation, tu dois exécuter », a-t-il souligné.

« C’est peut-être qu’il s’est senti trahi par le peuple burkinabè» Abdoul Karim Savadogo, agent au service financier de l’UFR/ST ©InfoH24

Cependant si certains saluent l’entrée de l’ex-chef de file de l’opposition dans la mouvance présidentielle, ce n’est pas le cas chez d’autres comme Inoussa Kirakoya, étudiant en Master, science du langage en lettres modernes. Cette nomination est faite dans un but de récompense opine-t-il. « Je reste un peu anxieux, sidéré d’entendre qu’après un discours prononcé à Kongoussi précisément par la même personne, c’est-à-dire Zéphirin Diabré, qui dit qu’avec ce gouvernement de Roch, il n’y a pas d’avenir ; que le pays ne pourra pas s’en sortir et il faut tout balayer et rechanger. Lui étant opposant en ce moment et aujourd’hui on voit la même personne dans un gouvernement qu’il a tant critiqué. Je me pose la question de savoir ce que sera le Burkina Faso en réalité si ce qu’il dit vient rapidement en contradiction avec ses actions », martèle-t-il.

« Lui étant opposant en ce moment et aujourd’hui on voit la même personne dans un gouvernement qu’il a tant critiqué…», Inoussa Kirakoya, étudiant en Master, science du langage en lettres modernes ©InfoH24

Pour Delwendé Koira, étudiant en MPCI2, c’est un jeu purement politique, car on n’avait pas besoin d’un ministère pour la réconciliation.Quant aux défis qui attendent l’actuel ministre de la réconciliation nationale, les avis sont divers pour ce qui est de relever les défis.

« Zéphirin Diabré n’est pas la personne la mieux indiquée pour ce poste », Inoussa Kirakoya, étudiant.

Pour certain c’est une mission presque impossible. « Ce n’est pas que je suis pessimiste ou un oiseau de mauvais augure mais Zéphirin Diabré n’est pas la personne la mieux indiquée pour ce poste et d’ailleurs ce poste est un poste virtuel qui ne portera pas assez d’effet »,confie Inoussa Kirakoya étudiant en Master science du langage en lettre moderne.

De même, Delwendé Koira reste pessimiste à ce sujet. « Zéphirin ne pourra pas réussir cette mission parce que s’ils doivent rentrer au fond même de cette réconciliation, il se peut que lui-même ne soit pas mis à part », fait-il remarquer. Certains de la communauté universitaire de Koudougou estiment qu’il faut lui accorder le bénéfice du doute. C’est le cas de M. Maxime Idogo qui pense qu’il sera à la hauteur de la tâche en dépit de sa précédente collaboration avec le pouvoir en place pour évincer le président Blaise Compaoré.

« Zéphirin ne pourra pas réussir cette mission parce que s’ils doivent rentrer au fond même de cette réconciliation, il se peut que lui-même ne soit pas mis à part » selon Delwendé Koira ©InfoH24

« Je peux dire qu’en matière de politique, ils se connaissent parce qu’ils ont fait chemin ensemble. Le fait qu’il connait déjà la scène politique et qu’il est même un acteur, c’est un atout pour lui de trouver les voies et moyens pour réussir la réconciliation. Les institutions telles que le médiateur du Faso et le HCRUN doivent maintenant travailler sous sa coupe.  Il y a déjà un travail qui est fait à partir de ces institutions, donc c’est à Zéphirin Diabré de s’en référer car ce sont des sillons déjà tracés pour lui faciliter dans la moindre mesure certaines choses », ajoute-t-il.

Et à Sara Djamilatatou de conclure avec beaucoup de réserve : « il peut réussir sa mission, mais il y a toujours un mais à quelque part ».

Dramane FAYAMA (Correspondant)

Articles Connexes

Gestion des archives au Burkina : L’ENAM renforces les connaissances pratiques de ses élèves...

0
L’École nationale d'administration et de magistrature (ENAM) en collaboration avec l’Association Archives sans Frontière basée en France a initié un projet dénommé « Chantier Ecole »...

Putsch manqué de 2015 : L’Unité d’action syndicale invite à la mobilisation pour...

0
Dans le cadre de la commémoration du putsch manqué de septembre 2015 à travers cette déclaration, L'Unité d'Action Syndicale (UAS) appelle les travailleurs à se mobiliser pour la défenses des acquis sociaux, car pour elle, cela doit être un moment d’introspection des travailleurs afin de s’inspirer de cette victoire historique acquise dans l’unité.

Coopération parlementaire : Le Centre parlementaire canadien fait le point de ses actions au...

0
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a accordé une audience à une délégation du Centre parlementaire canadien, conduite par son président Tom Cormier ce 16 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires