18 septembre 2021
spot_img

8-mars 2021 : « Faire en sorte que les femmes journalistes soient dans les instances de décisions» Marina Kouakou, journaliste

A l’occasion du 8-mars 2021, L’InfoH24 a tendu son micro à Marina Kouakou, journaliste, blogueuse et présidente de la plateforme le Salon des jeunes femmes et citoyennes journalistes de la Côte d’Ivoire. Elle livre des analyses relatives aux acquis en matière des droits des femmes journalistes.

L’Infoh24 : Dans quel contexte se situe le 8-mars 2021, dans le viseur des femmes journalistes africaines et ivoiriennes ?

Marina Kouakou : Le 8-mars est la journée internationale des droits des femmes. C’est une journée pendant laquelle on célèbre les acquis des luttes engagées pour les droits des femmes. Lors de cette journée on fait également le point des aspects restants, avant de se donner les moyens et programmes à dérouler pour y parvenir.

Qu’est-ce que l’an 2021 a apporté de nouveau dans les acquis des droits des femmes journalistes et quels en sont les défis futurs ?

En termes de défis futurs, nous travaillons à faire en sorte que les femmes journalistes soient dans les instances de décisions. Au niveau de la presse par exemple, je ne connais qu’une seule femme directrice de publication, ce qui n’est pas normal. On retrouve beaucoup plus de femmes journalistes que de responsables de rédaction.

Le combat futur constitue également à amener les femmes à s’intéresser aux grands genres journalistiques, aux sujets de politiques, d’économie, aux questions de la transparence de la vie publique comme la désinformation…

Nous voulons amener les femmes journalistes à s’y intéresser parce qu’elles font de rares publications sur ces questions.

Le souhait derrière tout ceci, c’est aussi qu’elles pensent à faire des spécialisations sur ces questions énumérées. En écrivant sur cela, nous pouvons véritablement impacter et démontrer que nos compétences n’ont pas de limites. Certes nous travaillons déjà sur beaucoup d’autres sujets dont les sujets de société, de santé, mais il est également nécessaire de produire des enquêtes sur la gouvernance en santé, en éducation, sur la démocratie, la transparence de la vie publique….

Articles Connexes

Gestion des archives au Burkina : L’ENAM renforces les connaissances pratiques de ses élèves...

0
L’École nationale d'administration et de magistrature (ENAM) en collaboration avec l’Association Archives sans Frontière basée en France a initié un projet dénommé « Chantier Ecole »...

Putsch manqué de 2015 : L’Unité d’action syndicale invite à la mobilisation pour...

0
Dans le cadre de la commémoration du putsch manqué de septembre 2015 à travers cette déclaration, L'Unité d'Action Syndicale (UAS) appelle les travailleurs à se mobiliser pour la défenses des acquis sociaux, car pour elle, cela doit être un moment d’introspection des travailleurs afin de s’inspirer de cette victoire historique acquise dans l’unité.

Coopération parlementaire : Le Centre parlementaire canadien fait le point de ses actions au...

0
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a accordé une audience à une délégation du Centre parlementaire canadien, conduite par son président Tom Cormier ce 16 septembre 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Publicité

Publicitéspot_img

Articles recents

Articles Populaires