16 juin 2024
spot_img

Burkina Faso : 3.000 réfugiés maliens retrouvent le camp de Goudoubo après l’avoir abandonné

3.000 réfugiés maliens ont retrouvé le camp de Goudoubo au Nord-Est de Dori au Burkina Faso, après l’avoir abandonné pour cause d’insécurité.

Selon le site d’information onusien ONU Info, c’est avec l’aide de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), que 3.000 réfugiés maliens ont retrouvé le camp de réfugiés de Goudoubo au Nord-Est du Burkina Faso.

La source précise que c’est avec une trentaine de convois de bus et de camions, que le HCR a ainsi facilité la relocalisation des réfugiés au camp depuis la ville voisine de Dori, chef-lieu de la région du Sahel.

Les réfugiés maliens qui vivaient dans le site de Mentao, près de Djibo avaient maintes fois exprimé le souhait de retourner à leurs anciens sites de Goudoubo. En effet, ils soutiennent que le site sur lequel ils vivaient depuis 2012 était devenu « leur chez-soi ».

Lire aussi : Violence communautaire au Mali : Le dialogue pour désamorcer la crise

Ainsi, grâce au renforcement de la sécurité du site de Goudoubo par les autorités nationales, les réfugiés maliens ont pu retourner à Goudoubo, un « site de 9.000 réfugiés qui a été vidé après une série de menaces de groupes extrémistes » relate le site d’information onusien.

Selon ONU Info, les relocalisations se poursuivront au cours du mois de décembre 2020 et une autre vague de près de 2.000 réfugiés devraient également revenir sur le même site, en provenance du camp de Mentao, près de Djibo.

Après une série d’attaques meurtrières l’accès à Mentao avait été coupé durant plus d’un an, au point d’entraver les efforts d’aide et les distributions de vivres. Ces violences avaient même forcé le personnel du HCR à cesser les activités sur place.

En rappel, jusqu’en mars 2020, le camp de Goudoubo hébergeait 9.000 réfugiés, avant qu’une série de violentes attaques et d’ultimatums issus des groupes extrémistes armés les oblige à vider ledit camp.

L’on note également que si 5.000 réfugiés maliens ont fait le choix difficile de rentrer dans leur pays d’origine, d’autres réfugiés quant à eux ont fui, notamment vers la ville voisine de Dori.

Ce sont au total 1.500 nouveaux abris qui ont été construits à Goudoubo, grâce au HCR et la Commission nationale pour les réfugiés (CONAREF).

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER