24 mai 2024
spot_img

Sit-in du SYNTSHA/Yalgado : Un accord trouvé à la dernière minute

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) a suspendu in extremis son sit-in annoncé pour les 12 et 13 novembre 2020.

Le sit-in du SYNTSHA au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) prévu pour les 12 et 12 novembre 2020 n’a pas eu lieu. La raison est que le syndicat a suspendu son mot d’ordre.

Un protocole d’accord a été signé par le responsable de la section syndicale et la direction générale du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Cet accord a été trouvé en fin de soirée le mercredi 11 novembre 2020.

Le protocole d’accord signé entre le SYNTSHA et la direction générale du CHU Yalgado Ouédraogo ©L’InfoH24

Dans une lettre adressée au maire de la ville de Ouagadougou, le syndicat informait les autorités municipales de le tenue d’un sit-in sur deux jours dans les locaux du CHU-YO.

Au CHU-YO, les services manquent de tout, y compris parfois du minimum (…). Les pannes fréquentes d’équipements, les ruptures des consommables et de réactifs sont le lot quotidien des services. Cette situation a certainement fait beaucoup de victimes dont Dieu seul connait le nombre

Section SYNTSHA du CHU Yalgado Ouédraogo

Notre CHU, hôpital de dernière référence, est l’ombre de lui-même. En effet, c’est un hôpital dont les capacités d’accueil sont dépassées, conduisant à hospitaliser les malades en situation d’urgence dans les couloirs et à même le sol. Ce triste constat est fait au quotidien dans tous les services d’urgence : médicales, pédiatriques, chirurgicales et gynéco-obstétricales, décrit le SYNTSHA dans sa note adressée à l’édile de Ouagadougou.

Le scanner du plus grand hôpital du Burkina en panne

« Au CHU-YO, les services manquent de tout, y compris parfois du minimum (…). Les pannes fréquentes d’équipements, les ruptures des consommables et de réactifs sont le lot quotidien des services. Cette situation a certainement fait beaucoup de victimes dont Dieu seul connait le nombre », révèle la section CHU-YO du SYNTSHA.

Le SG de la section SYNTSHA du CHU-YO, Hamadi Konfé

Les travailleurs revendiquent donc l’équipement des différents services en matériels et consommables, ainsi que la réparation du scanner en panne. Le syndicat appelle également les responsables du CHU-YO à trouver une solution au problème du parking. Et ce n’est pas fini.

Les infirmiers, attachés de santé, sages-femmes, médecins, exigent le payement de l’intégralité du rappel des indemnités de garde 2019 au personnel propre à l’hôpital. Ils veulent une mise à niveau et l’équipement des salles de garde en lits, matelas, climatiseurs et toilettes, etc.

Lire aussi : Forces armées nationales : bientôt un hôpital de référence de 300 lits

Dans le protocole d’accord signé dans la soirée du 11 novembre 2020, la direction du CHU-YO s’est engagée à payer la totalité des rappels de l’indemnité de garde de l’année 2019 des fonctionnaires de l’hôpital au plus tard le 15 décembre 2020. L’administration a également promis d’examiner les autres points de revendication avec diligence.

spot_img

Derniers Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-Nous sur

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité partenaire

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Articles Populaires

Abonnez-vous pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles!

NEWSLETTER